.

.
Paisani in anda pà a fiera di u Niolu. LC Canniccioni v 1910

20/08/2017

Sarratu fora

Sarratu fora è un numignulu (certi dicivani un "dumignulu", quista l'aghju intesa, sigura). Ind'i tempi agnunu t'aviva u soiu. In paesi, ci n'aghju cuntatu più di 200. Sarratu fora (ma libaru indrentu !) è u nomi di una passioni, quidda d'un paesi, u meiu, u vostru. A passioni pà ssi petri oghji tralasciati. Sarratu fora sarà un locu pà di dì a passioni di i nostri vecchji e di l'amichi spariti, spapersi, incarciarati ind'i ritorti di i sò fatti d'oghji ch'eddi sighini beddi o brutti. Emi à pruvà à fà un bloggu paisanu. Un locu dedicatu à a lingua corsa (d'oghji e d'arimani). A Corsica di tandu un era micca un paradisu.

A Corsica di tandu era. Eiu sogu di stu tempu, basta, e ghjungu da culà.

(Nb: Par suvità, in cundizioni, u filu di stu bloggu, o lettori che tù sei, vai e cerca  prima u bigliettu  (post/postu) e ricoddi insin'à oghji. Fattu ch'eddu è, leghji agna ghjornu chi veni u postu novu. 
Da leghja dinò, Sarratu fora parti prima. Ti ringraziu e ti salutu cù la zucca e cù l'imbuttu).

A manu mozza

"Tilloloy (...) d'où venait cette main coupée ?
(...)
Tenaru era u celi. Dolci lu soli. L'arba achigliulava, piena à api, à fiarabattuli.
Nun s'era passatu nudda.
Un capiscivami micca.
Di quali sarà statu sta manu, stu bracciu drittu, ssu sangui chu curriva, com'e corri, à a luna, u succhju di l'arburu ?
"À la soupe !" Lampò u cucinaru nuveddu chi ghjunghjiva ridulanu cù u sò paghjolu fumenti, buttoni ammanicati, cù li sò "gamelles", i sò scatuleddi di a cunserva, a sò vinaccia dinò.
Li fù rispostu :" Ta gueule, salaud !"
L'omi si sbandedini e pà a prima volta, dipoi che nò erami in quiddu settori induva un accadiva nudda, nudda, andedimi à infrugnassi sottutarra.
Era beddu tempu.
Sarà statu u ghjornu più beddu di tutta l'annata.
Faval, solu, solu pinghjiva, sighjuzzava ind'arba calda, scuzzulatu à spasimi.
Uni pocchi di moschi verdi vensini à mettasi nantu à la sò manu.
Mai, mai un emi avutu soluzioni à stu misteru, mai.






Blaise Cendres, La Main coupée, Denoël 1946, "Le Lys rouge", réédition Gallimard, Folio, p 408-410

17/08/2017

Ban de Laveline (2)

Dans ce village, aux portes de l'Alsace, la rivière principale s'appelle la Morte*, nous buvions à la source Sainte Claire* invoquée pour laver les yeux des maladies... des femmes, perdues, prient plus loin encore, à la chapelle de la Vierge des Sept Douleurs*.
Que voulez-vous... dire que tout cela est vrai.

*(Veritativu)

Ban de Laveline (1)

Chi c'era da dì ni ?
Una strada, un stradoni chi suivita a pendita d'una foci, qualchi casoni posti à diritta e a manca, da tena da cantu d'inguernu, roppa e materiali. Casi, a maiò parti, à l'abbotu o ghjà distruti. Un borgu: Laveline. Una esgia nova e goffa, didicata à l'Assunta, povara mamma. Qualchi monti di mez'altezza à dritta, à manca. Spadderi tusi da fà pascia a vaccina... in tempu di Paci.
Ma chi ci faraghju eiu à mezu à sti prati ???

Journal

A sera di stu 18 d'aostu 1917, vinsi à Lejean: "Adjudant, vous voudrez bien tenir, ce soir, le Jounal des Marches et des Opérations*. Junot vous aidera, il a l'habitude."
Eiu à u burò (uni scagnu postu in un "boyau" drittu): 
18 août 1917 :
"Le Régiment relève les derniers éléments du 294e.
Il occupe le dispositif prescrit dans l'ordre de relève.
Journée calme. De part et d'autre, tirs de réglage d'artillerie. L'ennemi continue ses travaux de mine.
21h30 une patrouille boche se heurte à une patrouille d'embuscade du 21e B.I.C . Attaquée au fusil et à la grenade, elle se retire aussitôt.
La circulation en arrière des lignes ennemies restent normales.

Pertes                               tués                    blessés
                 Officiers             -                              -
                 Troupe               -                              2

À partir de 0h, l'ennemi a paru plus nerveux que d'habitude, ce qui laisse à supposer à une relève. Comme d'habitude l'ennemi ne travaille pas le Dimanche à ses mines, aucun...   (Eiu : "Junot, dites-moi, le mot ne me vient pas. Comment dit Lejean quand il parle des ftftftftft des mitraillettes ?"
Tandu à Junot :"Quand ça pétarade ?" Eiu : "Oui, c'est ça. Notez : "aucun pétaradement.")
... aucun pétaradement n'est entendu par les écoutes du génie."*



* Journaux des unités engagées dans la Première Guerre mondiale; Armée de Terre 1914-1918.
JOM du 171e RI; 5 avril 1917- 31 mars 1918; 26 708/7 in : www.mémoiredes hommes.sga.defense.gouv.fr

Saint Diė, aostu 1917

À passi misurati, u regimentu s'era avvicinatu da l'Alimagna. Più di 300 chilometri trà Soupir e Saint Diė, fatti in un annu d'Aprili 16 ad oghji.
Erami ind'i "Vosgi" (è cusì ch'eddi chjamani ssi tarri, fatti à monti cuperti à ghjalghi tamanti à quiddi di Vizzavona, ch'eddi un fussini ancu più maiori !)
Mancà, mancava a mità di quiddi chi erani partuti cù noscu. À chi tombu, à chi firtu, à chi presu di tuntia, à chi riversatu in un antra cumpania... À chi, à chi, và chi...


Tarra diavulesca

S'era pigliatu tuttu u caldu. L'omi, i bestia, l'arburi o ciò chi n'arristava, i cadaveri dinò. A puzza era quidda di l'arca di Sa Darenti mischiatta cù l'adori di fumi, di fulmini, di zulfaru di i mini d'arimani, quiddi d'oghji e ancu quiddi di dumani...
U varmazzu sera pigliatu tuttu, l'omi, i bestii, l'arburi o ciò chi n'arristava.
A tarra era pesta, micca tantu da l'omi ma di li sò invenzioni. A tarra era martidata agna minuta d'un colpu cui, d'un colpu culà. Povara tarra bona da linta uni pocchi di scaghjulati di fumi, di pulvariccia.
Sta tarra fatta in pulvara, fina, fina, purtata da u ventu chi t'impiiva i pulmoni di foccu. I ti siccava da frimà u sciumi in bocca, canneddi brusgiati da stu mischiumi produttu d'un Diavuli maiori.
L'omu, mischinu, piattu, intarratu. L'omu ? Un valiva più nudda, l'omu.

15/08/2017

Fini di a parti III (compia à a fini di maghju 17)

Il sole non si move*

à AwA

E Lejean, romanticu, à dì: "Le temps passe, vide."
È ciò ch'aghju capitu, eiu... viniva da chi u soli incustiditu pariva tombu, l'omi suspesi stavani stanchi morti. L'aceddi mutti, l'arburi, o ciò chi n'arristava, listessi. U mondu rindiva l'ultimu respiru. Amme.


* Leonardo da Vinci (v. 1482)

Expédition 127 189

Expédition : "171e Régiment d'Infanterie. Acte de décès. L'an 1917, le 5 mai à 5 heures vingt minutes du soir, étant à Soupir (Aisne), acte de décès de Louis Dedout, soldat réserviste de 2e classe au 171e Régiment d'infanterie (2e compagnie) immatriculé sous le numero 127189 né le 20 juin 1880 à Paris, 3eme arrondissement, département de la Seine, domicilié en dernier lieu à Paris, décédé à Soupir le 5 mai 1917 à dix heures du soir, tué d'un éclat d'obus au cou, fils de feu Denis Dedout et de Marie Michard, marié. Conformément à l'article 77 du code civil, nous nous sommes transportés auprès de la personne décédée et assuré du décès. Dressé par nous Jean Joseph Berthelon, lieutenant chargé des détails, officier de l'état civil, sur la déclaration d'Antoine Barrolaccia, âgé de 25 ans, adjudant au 171e Régiment d'infanterie et de Courtaon, André, âgé de 37 ans, sergent réserviste au 171e Régiment d'infanterie, témoins qui ont signé avec nous après lecture. Le premier témoin, signé Barrolaccia, l'officier de l'état civil signé Berthelon, le deuxième témoin signé : Courtaon. Pour expédition conforme, l'officier de l'état civil, signé : Berthelon."
Avivu signatu anch'eiu, testimoniu di a morti ch'un è nudda.
"Saremi sempri vivi, saremi ?" m'ha dumandatu à unu. Ch'avivu da dì ?


U tinenti Berthelon

14/08/2017

Z.

Abbacavu di zeri in zeri (carnè e penna in manu).

Lamentu

Mamma di tanti figlioli,
I chjamasti ad alta voce,
E piighjendu li miraste
Morti, intrepiti e feroce.
Duv'elli stanu sepolti
Un ci si vede una croce.*

Sta volta era un antra mamma à avecci chjamati, croci pocchi e micca... mancu lamenti... I brioni di quiddi ch'avivani da mora s'assumigliavani. Eddi, sì, s'assumigliavani !

*In Antulugia bislingua JG Talamoni, p 165
Dumenicu Andreotti
Lamentu di a battaglia di Ponte Novu

J-J Lemordant
(ditagliu, v. 1917)

In maghju 1917

"L'acqui di maghju empieni u granaghju" dici u pruverbiu.
Dipendi di ciò chi fala (era piombu e foccu) e di quali è u granaghju. A morti, di fatti u s'impiiva u granaghju soiu, và !
Tempi à disfà mondu e altru, sì !

12/08/2017

Morti

Miraculu di sta guerra:
Passatu ?
Un n'avivu mancu più passatu, oramai ! Sfassati l'imagini imaginarii d'edda, d'eddi. Sparitu u dolci disegnu di a chjonza di lu sò coddu.
Lu "da vena" aviva da vena ! Ma appuntu, ch'edda venghi, infini mì, stà guerra miraculosa, ma ch'edda venghi e tutti purtacci via.
Sia, sia, sia.
Via, via, via.
Piglia, piglia, piglia.
Appariglia, appariglia.
Avvia, svia e avvia.
Cusì sia.
Maraviglia... di sta guerra. Vera.
Imbriglia e basta.
("Solu i morti sarani cuì à veda à fini di sta guerra" dici u pruverbiu napulitanu)

                           
William Mc Gregore Paxton

Chapeau de plumes (2)

Erami ghjunti in Ostel. Grégoire, da fughja una raffala di mitagliosa mossi à diritta. Schiattò una bomba à u puntu stessu induva s'era piattu, in stada, trà una porta e un canteddu.
Sparitu u ziteddu, frrrrrr, sfassatu. Un arristava nudda di u Suldatu, ne mancu a fotografia di a zitedda cù u "chapeau à plumes".
Frrrrrr...
M'arristava à mandà un lettara trista à lu sò povaru amori.

09/08/2017

Cianghiniccia

Sudavami sangui d'omu in quiddi cianghiniccii.


Da u gruppu Fb Les Croix de Bois 14-18, 
À ringraziaddi

La Croix sans tête

Ostel ce 25 avril 1917,

"Adjudant vous prendrez le chemin de La Croix Sans Tête, sans arrêt jusqu'à Ostel..."
Paroddi tonti, mumenti tonti !
Certi nomi dinò, trà u "Chemin des Dames" e quiddu de la "Croix Sans Tête", ohimè.
Guasgi trè anni chi la me vita s'era tronca in quiddi catravoni, luntanu da li nostri muntagni, da lu mari di a Sardegna, da u portu di Marseglia, à compiassini cuì à l'orli di a parti manca di u boyau di a nostra tranchée, à l'ori di ssu scatinumi generali.
Sparitu da a me vista i litturali, un n'avivu più cà piegna ed à aspittà a morti, e ch'edda venghi sia cù li sò gasi, cù li sò fulmini o cù una badda persa... Iè, pru, ch'edda venghi.
Grégoire di a mè cumpania era fermu muttu, tal' à quiddi mariunetti visti una sera à u teatru militaru in Châlons. Muttu da l'esplozioni d'una mina à trè palmi d'eddu.
"L'emotion" ha dettu à Calan, u duttori. A pauraccia, sì !
I gasi avivani fattu calà a luna, i bombi avivani fattu calà u celi e a tarra era calata anch'edda. À pinsà chi a tarra avissi, un ghjornu, anch'edda da calà...
U cannoni aviva fattu calà u tintu Grégoire.
U capitanu Lejean aviva scrittu indi u sò carnè: "J'attendais ces heures miraculeuses où le ciel se transformerait en enfers. Ce moment où les hommes broyés par le fer et le feu se confondaient en Elle. Toi, terre matrice de nos malheurs, de nos honneurs..."
Era tontu anch'eddu, mirè !

08/08/2017

Chapeau de plumes (1)

"Tenez mon adjudant, regardez: ce jour là nous étions à Dijon où nous séjournions chez une tante. Une après-midi nous sommes allés chez un photographe, il lui avait prêté des habits à la mode. Elle est belle, n'est-ce pas ? J'ai tellement ri quand elle s'est poudrée le visage et le bout de son nez.
Quand nous partons à l'assaut, je la serre alors sur mon coeur, j'ai moins peur alors et je m'imagine partir avec elle, si le destin venait à me le demander.


Chemin des dames

Soupir, front de l'Aisne ce 20 avril 1917, à François Guillaume Blanchet.

Ma quali sarà ad avemi truvatu un nomi cusigna :
"Chemin des Dames"? Mancu à dì.
"Strittoni di u Maceddu", sì !
Accantu à mè, u suldatu Fleurovent pigniva. M'ha dettu: "Adjudant, si je meurs, dites-lui que je n'avais rien à lui offrir si ce n'est nos mauvais souvenirs blessés, ceux de notre enfance. Je suis un monstre et si je pleure c'est par égoïsme, et de ne plus pouvoir pleurer dans ses bras, la pauvre. Nous sommes fichus et je ne peux même pas le lui dire. À quoi elle sert, adjudant, cette guerre nouvelle? Savez-vous? Et vers où montons nous à l'assaut? Si je meurs, vous me promettez de lui dire ce message: "Je t'ai toujours aimée. Je vais mourir, pourquoi ne fais-tu rien? À Claire Deeffe 3 chemin du Hasard, à Mont Jouet près Toulon. Promettez-moi."
"Je te promets, soldat, je te le promets."
"Et vous mon adjudant, il vous arrive de pleurer ?"
"Il y a longtemps que je n'ai plus de larme soldat, longtemps. Mais je peux aussi mourir avant toi soldat, je peux" (pinsedi : "Mischinu à chi un ha nimu à piegnalu").
Parò, ssu Chemin des Dames aviva da essa a strada nostra, quidda di stu povaru disgraziatu. A strada che noi avivami da piglià nò, à ghjugna in Paradisu. Un caminu dedicatu à a morti. Noi altri listessi à eddu, listessi à Fleurovent.
Trà campà u patimentu e campà u nienti, Fleurovent s'era sceltu u patimentu*, tintacciu.

*D'appressu à W. Faulkner, The Wild Palms: "Given the choise between the expérience of pain and nothing, I would choose pain."

Zain (Ghjovi di Pasqua 1917)

Tristis est anima mea usque ad mortem, sustinete hic, et vigilate mecum: nunc videbitis turbam, quae circumdabit me. Vos fugam capietis, et ego vadam immolari pro vobis.

E noi, ancun' Eddu.

07/08/2017

Chove (chi è piove)

Piovi*
Ch'avaraghju fattu eiu di ciò chi è a vita mea ?
Feci ciò ch'edda, ne feci di mè...
D'avedda pinsata, mal' vissuta...
Tristezza d'un omu simuli !

In un' ingoscia senza... rimediu
A febra à l'alma, e, quandu sò,
Risentu à mancanza, e indrentu l'anoia,
Di ciò ch'un aghju mai vulsutu...

Ciò chi eiu avariu pussutu essa,
Chi ni sarà divintatu ? Trà odie di miserii
Da mè, eccu: sogu da mè isciutu.
Se almenu... s'eddu piuvessi menu.


Fernando Pessoa 23-10-1931, da a traduzioni di M. Chandeigne & P. Quillier in francesu, cù a versioni purtughesa accantu.

*(Il pleut)

Vana parodda

Una sera di bughju neru:
Lejean :" Venez adjudant, venez asseyez-vous. Je ne parle pas au soldat, je parle à l'homme que vous êtes. J'ai pensé écrire: "La mort viendra et elle aura... et là, j'hésite entre...  et "elle aura ta voix" ou "elle aura tes yeux".
Qu'en dites-vous ?
Eiu: (...)
Lejean : "Allez adjudant, les yeux ou la voix, il faut choisir !"
Eiu : (...)
Lejean : "Il fait bien trop sombre pour imaginer ses yeux... Oui, je pense que je vais lui écrire : "La mort viendra et elle aura ta voix." C'est joli, vous ne trouvez pas ? Croyez-vous que cela puisse l'émouvoir ? J'en doute, mes mots sont impuissants.
Et puis la mort viendra avec ou sans ses yeux, avec ou sans sa voix, n'est-ce pas (risi) ?!"
Eiu: (...)
Tandu eddu: "Flûte, si même les mots sont vains, alors, je suis vaincu. Ecris... vains, ah, ah. Rideau !"
E ci andedimi à dorma. Dorma, pisetti, à sunnachjulà, sì...


C Pavese :"A morti venarà, i tò occhji avarà..."





06/08/2017

Spizzata

U ghjornu, ch'aghju circatu à veda lu tò deliciosareddu voltu caru, eccù ciò chi n'aghju truvatu : imagini senza sensu alcunu. Quant'e che tù fussi tù sparita à pezzi in ssu spechju maladettu !?
Ripezza cuì ch'è rottu, diciva a vecchja. Suvità, u suvitaraghju tandu anch'eiu stu filu... Ùn mori micca par piaceri.

Antonio Senkof
Cù Paul Filipi, à ringraziaddu.


05/08/2017

Aprili 1917

"Aprili scioccu, scioccu pigliamini unu e dammine ottu !"

U ghjornu, o piuttostu a notti eru statu chjamatu da fà a guida à un capitanu (mancu dà dì... un corsu di Santu Spiritu, un certu Pretelli un giganti, dottu, ch'un era più di prima vetta ma tuttu à i sò missioni. Un omu chi parlava poccu e micca.)
Mi dissi :"Adjudant avec un accent pareil... siti di i Petri Rossi, nò ? (E partedi à rida...)
Eiu :" Ghjustu o capità ! Seti Corsu? D'induva seti ?"
Tandu eddu :"Caspita ! Sò corsu da.... Soupir, eh oui ! Sta sera, aghjutenti, un ti sbaglià, mirè ! Ch'o sinò, u bateddu, u pigliaremi trem'in dui in una cascia di pinu e ancu !"
"Cunnoscu i me locchi, un vi ni feti o capità !"
Sintedimi u chjoccu di a campana di mezanotti, mezu à Soupir accupata da i tudeschi da 100 ghjorni o di di più. Mezanotti, un'ora da chjappà a scimaghjini. L'ora quandu si scioglieni e li voti, li prigheri, li pienti. L'ora di i morti vivi o megliu, di i vivi morti, ciò che nò erami.
A nostra a missioni era d'insignalà i nidi i mitragliosi numichi. Stavu à arecchji tesi cum'è a levra. Nidi, ci n'era trè à facci danni maiò. A prima, a mitragliosa, l'aghju truvata eiu, rue du Chapeau Rouge, a siconda era piatta à l'angulu trà a stretta di a esgia e la rue du Hault. A terza era à u 39 rue des Gibelins.
Cunnuscivu avà à Soupir guasgi com'à i Petri Rossi.
Vultedimi à 5 ori di mani. Dissi Pretelli, chjaru e tondu:  "Bon travail adjudant, je transmets notre carte à l'artillerie. Andemi à dorma, và e riposa ti u me ziteddu... à u piacè e u salutu à la tò cumpagnia."

Ma chi tanti "ziteddu" ! 33 mesi, ch'erami cuì (middi ghjorni guasgi) à cuntà i nostri orrendi sciaguri. Umbeh, quista a prova !
A guerra schiattò avaraghju avutu 25 o 26 anni. Quantu n'avaraghju oghji ? "L'anni sò fatti pà i cavaddi e pà i schiavi" dici u pruverbiu, a bedd'affari, eh bè u "cavaddu" t'aviva middi anni. È quista a verità.
Erani ghjorni chi schizzavani focu e chi schizzavani vilenu.
Agna stonda era funesta, da metta u sciarru à l'ossi à i più curaghjosi, à i più tonti, di noi, dinò.

Aprili, chi m'hai pigliatu tuttu, pà piacè, un mi dà nudda, và, sarà megliu cusì !

Stondi

O stondi tombaghjenti lacchettimi u tempu di fà una prighera e pò di sarrà l'occhji e veda li sò occhji chjari, u sò voltu divinu, una volta tandu. 
Zitedda cum'è l'acqua, ti tengu cara.

04/08/2017

À ziu (2)

M'eru sunniatu à ziu, ma culori micca. Capeddu incalfattu, prontu à andassini par ssi stradi di u Niolu. I turcineddi beddi accunciati. E Mora -a nostra mula bianca- decisa. Tuttu eddu, d'indiatura e di scherzi.

Léon Charles Cannicioni (1913, ditagliu)

Fine di a parti II (compia l'8 d'aprili)

Chère Hughette (3)

Les jours peuvent s'arrêter là. La nuit, elle, pouvait continuer.

As un acceddu

Or as a bird, which in the eir that fleeth,
No preef fownde is of the cours of his flight.
No man espie can it, ne it se seeth,
Sauf witch his wynges the wynd softe ans light
He betith, and cuttith th'eir by the might
Of swich stirynge, and foorth he fleeth his way
And tookne, aftir that, no man see ther may.

Th. Occleve, Series (204-210) Verse manuscripts, Oxford University Press, 2002.

Monologhi

Parlava in trà me stessu ma, soluzioni, un ni truvavu mancu appena.
"Ci ha da vulè à parta culà à vedala!" Mi dissi tandu a bucciaredda.
Frimavu, eiu, ascimittu, sarà sta p... di guerra o sarà s'astra?  Quista a guerra, a guerra d'Edda, minava ancu di di più. I sò colpi m'abbambanavani. Ma ssa siconda, à vinciala... m'eti capitu.
Eru insemi ascimittu da u rumori e ascimittu da u silenziu.

À C. (tu sais...)

L'alba viniva sempri doppu à i bughjiconi e cun edda viniva l'abandonnu.
A guerra s'aviva sfassatu tuttu di ciò chi erani i ghjorni mei, in Corsica, in Sardegna, in Marsiglia...
Culà t'avivami i muntagni, i cuntorni di ss'isuli minori, t'avivami scoglii e mari, bateddi pronti à navigà par certi cità di l'Urienti luntanu. E pò, t'avivami i rimurcori. T'avivami u soli e i sò ghjocchi in trà e branchi e quandu si riflitava ind'i l'acqui prufondi.

Dipoi mesi e mesi, stavami intavunati, topi imbrugliati, persi in quiddi tavoni di tarra ch'eddi chjamavani "tranchées", fossi, "tranchées", da veru tagliati à fiancu di costi alti d'un metru, un metru e mezzu; arburi micca. L'orizonti sarratu. Ssi "tranchées" maladetti ci intarravani e c'intafunavani sottu à una tarra frustera, intima oramai.

Nostra vita cusigna e nienti da veda cà cicatrici e brusgiaturi di a Guerra.
Tandu aspittavu à notti: O notti che tù sighi benidetta.
Certi seri, a notti mi purtava u baddu à l'infinitu di i steddi, quiddi seri senza bumbardamenti, quiddi notti spannati: baddavani !
Tandu m'arristava à sceglia una di quiddi steddi e à pinsà, da lu fondu di lu mè tafonu fondu, che tù, era appuntu sta stedda che tù, à listessu tempu, avii sceltu di fighjulà*. Tandu, ti faccivu eiu l'amori ghjustu e sinceru. Sai, l'amori cantatu, l'amori cuntatu, l'amori occhjisarrati e bocchichjusa, l'amori di quiddi ch'hani vint'anni, di quiddi chi hani vinti.
Un m'arristava oramai cà da aspittavvi. O notti cilesti, vi tengu cari ! Accendetevvi o steddi e prestu.

(* "Tu sais, ni toi, ni moi, ne tenions les fers de nos tortures, mon amour. Oui, tu sais, n'est-ce pas ?")

À C. (12)

Da lu me ciarbeddu impezzatu e stravoltu, dicu che tù sì stata, tù, un'alegria in un suniacciu.
Torru e ti dicu chi, da lu me ciarbeddu impezzatu e stravoltu, sì stata tù, tù, un'alegria in un suniacciu.

03/08/2017

Temp'ori

L'ori, l'acqui, l'aria, u zulfaru, l'ori, l'anni, l'arsuri, l'ori, l'anni, l'ori, l'orrori... acidivani i ciarbeddi nostri infracicati e morsi.
A vita nostra andava di mali.
Cadaveri, vivi, putrichi, che noi erami, ariendusi versu à i nivuli inghjanduliti di la nostra povara vita umana.
Fidi à lu destinu nostru: dà abbraccii infiniti à nostra morti-amanti.

Bà, remember (3)

O com'eddi sò chjari l'acqui di i tò surgenti e quidda di li tò fiumi chi si svarsani in abbundenza. Ci portani adori di fiori diversi, à radichi purfumati, tal'à u vetiver chi, di lu sò muscu, aluntana l'insetti puzzulenti.

Amadou Hampâté Bâ, L'étrange destin de Wagrin

01/08/2017

Guerri e guerri

Nostri labbri carchi à basgi, i ci hani arrubati
Da li nostri mani s'hanu pigliatu i calamà.
Diu miu, insarrunetimi u celi,
Ch'eddi un intressini ad arrubassi... li prigheri nostri".

Quamar Sabri al-jassim.
(Puetessa siriana)

31/07/2017

A patta

I Petri Rossi, 22 mars 1917

Mon cher fils,

Les dernières nouvelles de toi m'ont rassurée. Tu me dis avoir été élevé au grade d'adjudant et que tu es à l'arrière*, tout cela me console.
J'ai reçu hier une lettre de ton frère qui se plaint de ne pas avoir de tes nouvelles, écris-lui s'il te plaît.
Hier encore, Ange-Jean est passé, il dit que la saison va être sèche, puisse-t-il se tromper, nous avons tant besoin du rendement de Chjara Stedda. Tu sais comment il fait son calcul entre la patta et l'eau des fossés de la plaine, la maturité des bourgeons...
Avec ta soeur, nous espérons avoir bientôt de tes nouvelles.
Nous t'embrassons bien fort

*(Ch'avivu da dì ?)

Amok e parmissioni

"J'aimais ces ruelles de villes étrangères..."

O quant'eddi mi piacivani ssi picculi carrughji di ssi cità stragneri, stu marcatu spuriu di tutti i passioni, cù ssi massi clandestini di tutti i seduzzioni fatti da matalò chi, sazii d'i sò nuttati sulinghi nantu à mari luntani, priculosi, chi entrani cuì à passassi una notti, da sudisfà in un'ora, sò passioni parrechji di tutti li sò sogni. I si devini piattà ssi notti sulitarii, in qualchi fondu di a città, in ssi carrughji, ch'eddi diciani, cù fumi e insistenza, ciò chi i casi chjari cù li sò vetri luccicanti (induva stani i sgiò), piattani sottu à mascari, middi. Cuì a musica sona e fà entra la ghjenti in picculi stanzi. I cinematografi, à l'affissi viulenti, sò segni di prumessi di splandori infiniti; certi picculi lanterni quadrati si piattani sott'a li purtoni e, com'à segni, d'un salutu cunfindanziali, vi mandani un chjaru invitu. D'una porta scantata, spampiluleghja a cari fresca e nuda sott'à panni pinti d'oru. Ind'i cafè, i briacconi vi cacciani mughji e si senti cuddà u fracassu di l'attachi da omi inchjuccati à u ghjoccu. Ridani in sottu i matalò quand'eddi s'infattani in quiddi locchi; si svegliani tandu or' li sò tristi sguardi, chi cuì si trova ciò ch'omu cerca : donni, ghjocchi, spettaculu e briacchini, vintura ch'edda sighi tamanta vintura o brutta vintura. Ma tuttu, à l'appiatu si fà; chjusu à darretu à l'aletti di i balcò, balcò chjusi cù falsia. È ciò chi pari ritegnu, doppia a voglia, d'un cantu da fascinazioni di u misteriu, e da l'altru, da l'accessu senza guai. Ssi carrughji sò listessi in Hamburgu, Colombo, La Habana; sò da partuttu listessi, tal'à ssi larghi corsi di u lussu, parchi chi i cimi o i fondi di a vita sò tutti di a listessa forma; sò carrughji incivili, chi cummovani par ciò ch'eddi diciani e traghjani par ciò ch'eddi taciani, u fantasticu ch'arresta à l'ultimu d'un mondu cù li sensi lintati duve si scatennani cù crudezza e senza ritegnu, una furesta bughja di passioni, un prunicaghju pienu à feri. U sognu ci si pudiva fà carriera*.

Henri Gervex (1878)



*Stefan Zweig, Die Mondscheingasse, missu in corsu da a versioni francesa di A Hella, La ruelle au clair de lune. Le livre de poche, LGF, Paris 2016.

Seul

Lejean : "Adjudant, encore à vos plumiers et vos éternels monceaux de papier ? Je vais finir par vous faire nommer aux écritures, bigre !!!
Eiu :  (...)
Tand'eddu : "Imaginez, un instant, un monde sans Elle et imaginez-vous maintenant dans 30 ans et toujours sans Elle, et vous. Vous, soigneusement assis à votre table d'écolier réalisant, fou à lier, vos pleins et déliés... seul (risi) !
Comme si monologuer était le résumé notre vie d'adultes sur cette terre ?"

Remember (2)

Mon cher filleul,

Surtout, ne me grondez pas. Hier, notre logeuse Mme D du B est revenue à la charge: "Ma pauvre, combien de temps encore allez vous attendre que l'on vienne vous cherchez ? Ne croyez-vous pas mériter mieux ? (elle parlait de vous)".
Alors, j'ai simplement répondu, avant de repartir:  "C'est comme cela que je l'aime".
Voilà vous savez tout.

Votre Hughette

Gourbi (remember...)

Lejean mi dissi:

"L'Aisne coulait à nos pieds
Ses lignes s'évaporaient,
Enlevées par la brume,
Elles semblaient flotter,
Emportant loin de nous,
Les rumeurs ennemies.

Aux portes de Soupir,
Le monde s'appliquait
À tuer tout espoir.
Dans un gourbi infâme,
Saturé de suie noire,
On brûlait une flamme:
Hommage à un soldat,
Hassan,
Mort ici par hasard."

E par a prima volta,
Piensi u nostru capitanu,
A morti d'un titanu,
D'un essaru umanu,
Priori macumittanu...

Soupir, 
un gourbi dans un boqueteau.

À C. (11)

Un si avedi omu micca di l'anni chi fughjani, parò passati l'ori, u tempu un volta più, tandu, ti martirizeghja.

(È mortu oghji à Assan suldatu di prima trinca sempri pronti à fà i centu colpi. Tombu d'una bomba falata cuì, à un metru. Arristava à sò vesta e unu di li sò scarpi.)

Sur le front de l'Aisne, ce 25 mars 1917.

30/07/2017

Verso

Dieu, si seulement Elle pouvait enfin se retourner...
Oh Diu meiu, pudessi edda vultassini, infini...

Vilhelm Hammershøi
Ditagliu, v.1910

Névroses

Murmughjava: "U passatu mai nun passa..."
Tandu à Lejean: " Adjudant que dites-vous donc ? Vous nous parlez en corse ? Vous risquez, sans doute, d'être peu compris, de nous tous surtout (risi). Nostalgie du pays ?"
Eiu: "Nostalgie du passé, du passé passé, mon capitaine."
Lejean: " Vous n'en sortez donc pas !"
Eiu: "Non !"
Lejean: "J'ai, alors, un autre médicament: les bombes allemandes. Elles anéantissent tout, les regrets, les pensées, les sourires et même les silences et surtout le silence. Elles font place nette et aident les cerveaux à se remettre en place.
C'est un médicament miracle pour les neurasthéniques ou les mélancoliques, les folies quelles soient diathésiques, chlorotiques, anémiques...
Eiu: "Vous croyez ? Je La cherche partout. Et je guette Son visage sur chaque portrait des fiancées de chacun de nos pauvres soldats. Et je la cherche encore tout au fond des égouts que sait construire la guerre...
Je la trouve, Elle me fuit alors comme si j'étais la peste. Mais, je ne suis qu'un homme avec toutes mes faiblesses."
Lejean :  "Tout cela passera, nous avons désormais tous, devant nous, plus de souvenirs que de projets véritables. La Guerre nous rend si laids, Elle nous oubliera !"
Dissi à Lejan, chjamatu ad'altri affari.

à P.

19/03/1917

A tè, l'amicu caru, oghji sparitu, chi sè sempri ind'u mè cori. "L'acra lingua di i morti si ripiglia sempri ind'una prumessa di vazzina." Andrée Chedid

U passatu passatu

"Une mori mai u passatu, mai. Un passa mancu u passatu..."

Meisje met de parel




Vermeer, v. 1665, ditagliu

29/07/2017

L

Lejean: "Sait-elle seulement que je savais mieux qu'elle les arcanes de la vie ? Non, sûrement pas, trop pressée, trop fière, trop sûre d'elle, trop impulsive et au fond, trop blessée. 
Justement ! 
Adjudant, me voilà moi aussi mangé à la sauce doucereuse du repentir. 
Allons venez, le colonel va nous donner ses ordres et ses ordres agissent en moi comme le meilleur médicament contre la nostalgie. L'action, la traque, le combat, de quoi vous faire oublier toutes vos petites misères... la léthargie comme l'adenite scrofuleuse définitivement (risi). La guerre voyez-vous, nous guerrit beaucoup. 
Venez, allons prendre les mauvaises nouvelles (risi)..."

A Madonnuccia

18 di marzu 1917,

Mi n'avegu appenna, oghji era a festa di a Madonna in Aghjacciu.
O Santa Marì, madre di Diu prigheti par noi, pà a paci e par tutti ssi famigli indugliati.

"A Madonnuccia", o chi dolci e bedda parodda d'amori schiettu.

Adjudant ! (4)

Très chère Hughette,

Hier au soir, au milieu du grouillement de mille cafards noirs, j'ai enfin retrouvé votre sourire, intact. Intact, le port de votre tête et votre dos si droit et le bout de vos doigts, votre bouche cerise, vos très douces gesticulations.
Ce songe avait au moins cent ans semble-t-il... C'était pourtant bien vous. Vous étiez habillée d'un inhabituel chemisier blanc parsemé de fleurs bleu marine imprimées. Vous disiez être revenue me chercher.
Les circonvolutions atterrissent un jour et parfois même s'exhalent en des instants magiques.
Manquait le timbre de votre voix celle, éternelle, de vos si doux reproches.
Vous me sembliez lointaine et pourtant en refermant ma main, j'ai enfin cru vous tenir tout au fond de ma poche.
Mais ma poche était vide et votre main tenait serrée la mienne, comme par le passé, vous aviez su si bien le faire.
J'ai rêvé et puis, j'ai oublié mon rêve.

Ne plus penser, servir mes galons !!!

28/07/2017

Adjudant ! (3)

Sur la ligne de U..., ce 12 de mars 1917.

Très chère Hughette,

Je vous adresse ici une photographie récente, celle de mon unité.
Sachez encore, grande nouvelle, que je viens d'être nommé adjudant ! De quoi largement améliorer mon pain quotidien mais surtout celui de ma famille au village que j'imagine dans un grand dénuement.
Me reconnaissez-vous (deuxième à partir de la droite)? Il fallait que ne nous bougeions pas, alors, j'ai bougé...
Et la photo est floue comme l'est mon projet.

Adjudant, imaginez-vous, j'espère que vous êtes fière de moi.
Plus rien désormais ne peut plus m'arriver... et comme on le sait, les adjudants d'aujourd'hui sont ceux qui ont survécu à la mort d'hier, n'est-ce pas ? Alors.

Je crois que je vous aime.

Da, Histoire de couleurs, 
à ringraziaddi

Adjudant ! (2)

Pocchi ghjorni doppu a me numinazioni passedi una sirata cu lu me capitanu. Tandu eddu :
"Adjudant, connaissez-vous cette prière ? Elle est dite certaines nuits au tout fond des tranchées noires. J'ai vu encore hier, des hommes, des géants, et des géants sans peur, voyez-vous, dire et prier:

"Le soir tombe, semblable au-dessus des deux lignes
Semblable de tendresse et de rédemption.
Encore un jour passé que nous abandonnons
Pour mieux aimer demain dont l'espoir nous fait signe.

Le soir tombe, Seigneur. Sous sa feinte douceur
Que cache-t-il, tendant la trame de son ombre ?
Quel invisible doigt parmi nos rangs dénombre
Ceux dont le dernier jour sera ce jour qui meurt ?

Quels d'entre nous verront le prochain crépuscule ?
Quels verront la Victoire et l'ultime combat ?
Notre désir grandit, s'exalte, se débat,
Et, douloureux se tend vers le but qui recule.

Sans la flamme, Seigneur, les flambeaux ne sont rien (...)

D'autres heures naîtront, plus belles et meilleures.
La Victoire luira sur le dernier combat.
Seigneur, faites que ceux qui connaîtront ces heures
Se souviennent de ceux qui ne reviendront pas. "

de Sylvain Royé 

26/07/2017

Adjudant ! (1)

Puitava in francesu avali, mancu da dì :
"Soldat d'une armée en déroute,
Adjudant d'une troupe qu'on redoute et qui doute et redoute."
Ohimè ! Adjudant !

A scummunicata (2)

Da a sò stacca tandu Lejan mi cacciò una fotografia ch'eddu si tiniva.
"Tenez sergent, Boucher a exaucé votre rêve !" E li scappò a risa.
Sarà, sarà...
"Ah, les journées de soldats... Et pour votre peine, sergent, sachez que le colonel pense à vous pour le grade d'adjudant ! Je n'ai pas pu dire non."

Alfred Boucher, 1897
(c) Musée Rodin

A scumunicata (1)

Erami di notti. Di quiddi notti pagni senza mancu un fiattu in d'aria. Tin-tin si ni durmiva in prighjò. Era à u sò postu ghjustu.
Eru eiu di guardia, quidda notti, sintinedda d'un mondu rigalatu à a morti stessa e à tutti li sò servi.
Comu sarà che nò semi vinuti cù Lejean à parlà di ssi cridenzi anziani ?
Mi dissi quidda di i "menhirs" (i stantari) d'induva eddu.
Tandu eiu :
"Il y a chez moi une triste légende. Celle d'une femme qui avait commis un péché dont seule une femme peut souffrir.
D'un coup, d'un seul, elle fut transformée en pierre. Rejetée du monde du vivant. Elle fut excommuniée, ("scumunicata", comme disent les vieux de mon pays). Rejettée du vivant au minéral. Sa présence est là, à l'infini des temps, sa pénitence. Chez moi, au dessus du village, un rocher porte encore son nom.
Enfermée dans sa faute, elle ne peut plus parler. Elle ne communie plus. Elle ne peut plus prier. Elle ne peut plus aller vers l'autre, vers le sien.
Pour moi, elle n'est pas morte, elle est juste emmurée. Et son silence est désormais sa vie, et son secret est sa croix immuable. Personne ne lui parle de pardon."
"Sarratu, le Démon est dans les êtres."(1) Dissi tandu à Lejean.
"Je ne sais pas. Moi, capitaine, je sais que je lui ai pardonné. Parfois la nuit, je parcours la distance qui me sépare d'elle et je la caresse et alors, je lui parle, mais elle ne répond pas, la pauvre.
Et parfois, quand il pleut, gouttent alors ses larmes salées ruisselant de la pierre. Et je me dis qu'elle prie, et je me dis qu'elle pleure. Et moi, ses larmes, j'essaye de les boire toutes."
"Sarratu, je ne comprends pas forcement tout. Vous êtes un romantique." Mi dissi à Lejean presu d'una risa narbusina.
In trà me stessu mi dissi: ma chi sarà un "romantique" ?
J'attends avec patience le degel du carcan de ses douleurs (2), la pauvre. Je l'aime.

(1) L'ha detta à Lejean, ma l'ha detta ancu Cioran.
(2) Si dici chi F Nietzsche avariu scrittu qualcosa simuli, poccu nanzu ?

Le steddè

Erani ghjunti da un mari indà (ma d'un mari maiori quantu à a mità da u mondu, m'ha dettu à Lejean). Ghjunti da a Mericà ?
Erani ziteddi com'à s'astri.
Ci n'era unu chi cantava stà canzona:
"Iè, le steddè"*.
À cantà era un certu Bi Holidays. T'avarà avutu 19 anni. Un ziteddu.
Circava à capiscia i paroddi ma anh, anh...
L'aghju tandu fattu mottu di marcammi i paroddi e tesu carta, peni e calamà. E tandu, m'ha scrittu i paroddi di stu "dez-dez-de..."**


Yesterdays, yesterdays
Days I knew as happy sweet
Sequestered days
Olden days, golden days
Days of mad romance and love

Then gay youth was mine, truth was mine
Joyous free in flame and life
Then sooth was mine
Sad am I, glad am I
For today I'm dreamin' of yesterdays

Yesterdays, yesterdays
Days I knew as happy sweet
Sequestered days
Olden days, golden days
Days of mad romance and love

For then gay youth was mine, truth was mine
Joyous free in flame and life
Then sooth was mine
Sad am I, glad am I
For today I'm dreamin' of yesterdays

*Yesterdays
**Days

Paroddi : Lennie Tristano
© Sony/ATV Music Publishing LLC

25/07/2017

Tin-tin

Dui ori di mani.
Ma comu mi sarà vinutu quistu in manu cù i sò: "Die hoffnung stirbt zuletzt*", (dì ô funghi, sterpu st'erba zù, lestru, lestru.) à sappè ciò ch'eddu t'aviva à dì ?
D'induva ch'eddu sarà vinutu ? Da ssi Prudi Urientali ? D'altrò ?
Ah certi cosi, vi dicu !
U m'eru trovu, quissu, in uni scorru di a "tranchée" 123b à manca, inzilittu e mortu da a paura, fucili in tarra e mani soppra à u capu. Cù li sò "Tin, tin" in bocca, tin-tin-tintacciu. Aghju capitu eiu chi Tin-tin era u sò nomi à eddu.

U purteddi indi u capitanu.
Tandu à Lejean, "Amenez-moi tout cela en prison, on verra demain, car ce soir j'ai sommeil, sergent, et demain il fera jour..."
U tipu era moru, barbacciutu, forti e maiori. M'assumigliava... m'assumigliava, mancu dà dì !"
Và tù à credala.

Tin-tin
(Da ECPAD)


*(À l'ultimu è a spiranza à mora)

23/07/2017

Cher Sarratu

Cher Sarratu,

Quelle vie me promettez vous donc ?
Je suis en colère devant vos silences injustes. Je ne vous comprends pas quand vous cessez d'écrire. Que voulez vous me dire et que voulez vous me taire ? Où donc m'amenez-vous ?
Je vous ai promis mon amour, je ne puis me dédire. Je me promets à vous et vous, vous vous terrez.
Qui suis-je ? À quoi donc voulez-vous en venir ?
Je bous.
Et après, que deviendrais-je ?
Voulez-vous me promettre à un autre ?
Je défaille.
Je me noie.
Je vous aime.

Nustalgia

Tandu Lejean mi dissi :
"Tu sais Sarratu, Je vais te donner ce que je crois être la solution: la nostalgie est toujours en vente dans des magasins vides, tu comprends ?"



E ch'avivu da dì, eiu ?

Acqui e acqua

In fini, ci truvedimi infusi, trosci, ciangagliosi. L'acqua minuta, quidda chi nun è criduta, picchja i ciarbeddi indebuliti. I notti s'assumigliavani e i notti parivani ghjorni. 
Fusei, cannunati, tiri e altri, strappavani i veli di u celi. Si sintiva a tarra scatavultulata chjamà "Aiutu". 
Pò, falava u silenziu e s'inguttupava ssi locchi.
Tempu par l'omu di ripiglià soffiu. Dumandavami:
"Una minuta sola, aiò, pà piacè."
E pò stonda doppu baddava a caldianata.

Nostra vita cusigna. Dumani venarà... Quali è chi a sà ?



Des mots bleu clairs

Les heures ne passent pas alors, chère Hughette, je perds mon temps à penser à vous et je me demande pourquoi mes camarades disent, dans leurs lettres, tant de  "je t'aime" plutôt que de dire, comme chez moi "je te tiens chère" ou "je te veux du bien"?

"Ti vogliu bè" c'est, chez nous, la formule d'affection d'une mère à son fils, d'une fille à son père, de deux cousins entre eux, d'amis.
Mais, "Ti tengu cara": "tenir à vous" c'est cela que je ressens pour vous.
Je tiens par vous. Comme vous, vous tenez par moi. Et, pour montrer la valeur de ce "tenir" on y rajoute "chère", comme vous vous diriez "chérir", je crois.
"Je tiens à vous et vous chéris", oui, voilà ce sont tous ces mots ensemble qui disent ce qu'un homme peut bien dire à sa femme.
Votre "je vous aime" est trop court, trop facile.
Ce "je te tiens cher", il a de la valeur (il me semble que vous avez su me le dire et si vous l'avez dit, parfois avec maladresse, qu'importe, rien n'effacera ces mots).
Et pour vous en dire encore plus, je déchire cette lettre.



À Malù, suldatu tiragliori

E sò ghjunti cui sta sera
Chi battiva lu tam tam
E di ritmu in ritmu
Battiva a frenesia

Di l'occhji a frenesia
Di i mani a frenesia
A frenesia
Di sti pedi di petra
DIPOI
quanti MÈ MÈ MÈ
Si ni sò morti
Dipoi ch'eddi sò ghjunti sta sera
Battiva u
tam
tam
Battiva di
Ritmu in
Ritmu
A frenesia
Di l'occhji
Di i mani
A frenesia
Di sti pedi di petra

(Léon Gontran Damas, Pigments, Présence africaine, 1962)

Chère Hughette (2)

Chère Hughette,

Les coups pleuvent, comme d'habitude.
Comme d'habitude des hommes tombent et l'on peut imaginer au loin les plaintes de leurs épouses éplorées.
Oui, chère Huguette, les corps saignent en d'infinis, torrents livides. Heureusement car nos larmes se sont depuis longtemps taries et nos mots, eux, restent sagement figés.
On s'habitue donc à tout et sutout à la mort. La vie savait surprendre. La mort, elle, est une maîtresse facile et tellement prévisible dont, ici, personne n'a plus vraiment peur.
Bien sûr, il reste les: "Si je vis, je..." et suit alors la litanie de nos pauvres rêves épuisés.
Chère Hughette je vous livre mon "Si..." et vous laisse l'imaginer car, vous êtes seule à me connaître tant. Comme, au fond, je suis peut-être le seul à vraiment vous connaître, n'est-ce pas ?
Il y a tellement de temps que nous nous aimons.

21/07/2017

Chère Hughette (1)

Hughette,

Votre silence gluant colle aux madriers de la tranchée 187. Et je me demande:
-Priez vous toujours ?
-Et pour nous, aussi ?




(Lettre publiée la première fois le 21 février 1916, soit plus d'un mois et demi après le dernier signe de vie d'Hughette depuis son arrivée en Normandie.
Un courrier précédent de Sarratu à Hughette était intitulée "Adieu Hughette"*. Il semble que les voeux de Sf, postés soigneusement le 31/12/1916, soient restés sans réponse, sans qu'on ne sache si cela venait de problèmes de distribution du courrier ou du véritable silence de l'être cher.
Quoiqu'il en soit, après 30 mois de guerre, d'instruction civile et militaire, de contacts avec les uns et les autres, Sf maîtrisait désormais parfaitement le français.)

*Voir Sarratu fora, parti (2)

Debii e lavureri

A ghjurnata sola un bastava. Era cusì dipoi sempri:
Mi tuccava avà, à traccià, rompa e cruccià.
Nostra vita cusigna, chi vuleti...

20/07/2017

Ouistreham

Ouistreham ce 29 décembre 1916

Très cher Sarratu,

Me voici donc, comme prévu, en Normandie... Nous sommes parties dimanche de Paris, Mme D du B tenant absolument "à passer son Noël presque comme si rien n'était".
Après un épouvantable voyage de 12 heures (métro puis train, diligence et calèche, ouf !) nous arrivâmes enfin à destination.
Le ciel m'est apparu immense, si haut. Je n'avais jamais vu de nuages si grands, si ronds, si gris, si bleu clair, si rose, si pourpre et à la fois azur et ainsi si tendus vers la voûte infinie du monde.
Je n'avais jamais vu la mer, j'ai pleuré comme pleure une enfant et j'ai alors pensé à vous. Un peu comme si vous étiez en chacune de mes larmes ???
Je me suis aussi souvenue de ce que vous m'aviez dit de ce que faisaient les hommes, chez vous, pour se protéger des balles au combat. Aussi je vous adresse cette médaille, puisse-t-elle vous protéger et vous porter bonheur. Puisse-t-elle encore veiller sur nous deux et sur notre avenir (...)
J'ai ri aussi près des parcs à huîtres en entendant des échanges entre marins faits de "heulà" et autres "che-che-che" chatoyants.
Alors je m'essaye au normand : "Ch'te matin chuis rarrivé qu'à sept heures du sè à Caen, et cha marchait pas vit'. !"
Me comprenez-vous ?

Votre Hughette.


Confiteor

Je revois, de ce corps, la puissance de l'être.
Et puis en un instant la volonté contraire,
Et d'un ultime assaut, une blessure profonde.
Ô vie, on me dit que c'est toi qui arbitre les choix ?
Et là, tu l'abandonnes.
Et là, en un instant, c'est la Mort en vainqueur qui traîne fièrement ses reliques en linceul:

La défaite est totale.

19/07/2017

Noël 1916

Sunniatu aghju sta notti di Natali d'un visu fattu à quartoghju cusgitu cù pezzi neri e bianchi.
U mi l'aghju vulsutu tena, parò m'è scappatu quand'e mi sò discitatu.
Sarà statu forsi lu vostru, u voltu ?

16/07/2017

Guerra

Chjamani "fini di i tempi", appuntu u ghjornu chi si mostra com'eddu è : esplusivu, affundevuli, accendivuli, comu diciarini "guerra", u ghjornu chi l'anima umana suivita u sò versu naturali."*

*Jean Giraudoux, Sodome et Gomorrhe, 1943.

15/07/2017

À C (10)

Sogu eiu l'arrori chi ti è piaciutu à cummetta.

Malù

Malù est africain.
De ces troupes engagées très souvent sur le front, toujours en première ligne. Alors je lui demande s'il a peur de mourir, ce qui peut arriver. Sa réponse me plait, il dit : "On ne tue pas deux fois, crocodile déjà mort !"
Je lui demande alors : "Malù, mais qu'est-ce qu'un cocodrile ?" Et dans un rire sans fin, il me répond: "C'est toi !"

Voici l'aube. Sans doute, vas-tu me lire. Au loin un piano noir semble jouer des arpèges sans fin, je rêve. Je rêve. Le mot d'imprégnation, minable s'il en est, revient dans ma mémoire... il aura coûté cher.

Je ne dors plus, je rêve.
Je rêve que l'on se parle, je rêve que tu m'aimes, je rêve que tu reviens, je rêve que tu m'écris, je rêve que l'on se tient et que l'on vit ensemble, sans fin.

Impregnation, je t'aime.

Malu, sinigalesi e tiragliori, 1916

14/07/2017

À noi (annoi)

O morte secca pianta,
Deh, veni o morte*
Et savoir enfin l'irresistible Eternitè**.
E stancià per sempri l'irreparevuli soffiu,
D'una prumessa à vena:
La nostra trista sorte,
D'u nostru amori loffiu.
Et cesser de penser: et,
Mourir d'abord et puis donner la mort.


*Esposizioni, sonetto 54, Torquato Tasso.
** Lettres à Lou, novembre 1914, G Apollinaire.

Le 17 décembre 1916

Mon si cher Sarratu,

Vous me dites qu'il vous manque ce qui éclaire pour pouvoir mieux me lire.
Je n'arrive pas à croire qu'une chose pareille nous soit arrivée, alors que nous allions si bien ensemble. Cela n'aurait jamais dû se produire.
Je me sens perdue et victime de mon orgueil mal placé.
Je vous aime.
Hughette

Ps: Je me sens si seule.

12/07/2017

Da Vinci-a o da perda ?

Stavami cuì, à corpi e animi martirizati.
I spiriti malagni accupati à spinzà punti di freccii murtali.
Nostra vita cusigna...
O San' Bastianu, aiò, prigheti par noi.

L. da Vinci, (c) Tajan

Ce 16 décembre 1916

Très chère Hughette,

J'ai reçu votre lettre mais ici, la lumière est si faible que j'ai du mal à lire.

Lejean, mon capitaine, m'a parlé des musées et des expositions et puis des hiéroglyphes, d'un certain Champollion et de ses découvertes : il est des mots obscures qui éclairent une vie, comme il peut exister de grands silences, clairs, pour assombrir les temps.
Ici, il pleut et ici déjà le froid s'en est pris à nos corps. Nous tenons.

Je vous aime: en français, en corse* et même en hiéroglyphes**.

*(Ti tengu cara)
**(Mrì``ì``țn)

Vae, và !

Vae victis, e basta.

Ghjeroglifi, chi sò scritti divini

Paris, le 15 décembre 1916

Cher Sarratu,

Que vous dire ?
Si, dimanche dernier notre logeuse nous a amenées tante et moi au musée du Louvre. Le musée, qui est à moins d'une heure de la maison, est installé dans un ancien palais royal austère aux murs noirs et tristes, vraiment tristes.
Nous avons visité des salons très divers, dire que je ne savais pas ce qu'était un musée !
Ce qui m'a le plus impressionnée est, sans doute, la collection égyptienne. On y trouve, par exemple, la tête roi Didoufri (ce nom m'a fait rire...) tout récemment acquise par le musée. J'ai été interpellée par ses yeux profonds mais figés, gravés dans un bloc de grès rouge si finement taillé.
Plus loin, on découvre des pierres couvertes de dessins. Mme du B. m'explique qu'il s'agit là de la première écriture que le monde ait connu des iè-rò-glifes. À chaque dessin correspond un mot ou une syllabe et le tout forme des phrases étonnantes. Sur une pierre, on peut ainsi lire: "Khéperkarê doté de vie et pouvoir comme Rê éternellement, aimé de Satet". 
Je n'ai pas tout compris mais j'ai retenu qu'il y a donc plus de 4 000 ans l'amour éternel existait déjà !
J'aimerais savoir déchiffrer ces rébus. Comprendre ces signes muets dont l'ordonnancement est aujourd'hui devenu inutile mais dont le sens persiste et a su traverser les siècles.
Apprendre à écrire ces signes, pour ne pas être comprise.
Peut-être pour écrire à quelqu'un qui ne veut plus me lire ?
Oui, c'est ça, je crois que je voudrais écrire à une pierre qui ne puisse plus lire, plus me répondre, je vous aime.


Puvarettu

Povaru à eddu, povari à noi...

(C) ufunk.net

11/07/2017

5 décembre 1916

Les jours semblent plus longs, avec eux, leur cortège de peines.
Je vous ai écrit hier, répondrez-vous jamais ?
Imaginez un instant si cette seule promesse de néant était la certitude qui compte ?

10/07/2017

Lettre à une absente

4 décembre 1916

Chère Huguette,

Le front est calme.
Votre lettre m'est enfin parvenue. Elle est datée du 23 novembre 1916.
Je ne sais que penser: est-elle la dernière que vous m'ayez envoyée ou les autres se sont elles perdues en route? Au ton que vous employez, il me semble que ce soit bien la première depuis des mois. Celle, en sorte, qui met fin, enfin, à ma punition.
Que vous dire d'abord ?
Que dés sa réception, un doux feu intense s'est emparé du profond de mon être. Les obus prussiens font moins de chaleur en moi, que ne peuvent faire chacune des lettres de chacun de vos mots.
Je vous ai trouvée distante, cassante.
Que dois-je dire pour enfin me justifier?
Que je sais être lâche ? Oui, oui, oui !
On peut, vous devez le savoir, réussir ses sorties de tranchées, s'époumoner au sifflet du "à l'attaque" et houspiller les hommes (surtout, les misérables, ceux qui réfléchissent et qui ont peur de la mort). Oui, on peut avoir ce courage là et se désespérer d'une absence, d'un silence, d'un mépris, et fuir, alors, alors qu'on veut rester.
Huguette, je-vous-aime, et cet aveu me coûte autant qu'il est sincère.
Je vous aime depuis notre rencontre, depuis avant même votre tout premier souffle. Et vous devez savoir que ce silence résonne en moi comme un immense vide au coeur d'une montagne qui s'en va s'effondrer.
De ce que je sais de vous, cet aveu ne touchera qu'une partie de vous même. Comme si vous étiez deux:
Comme j'aime la claire, je redoute la sombre: celle qui s'enferme et qui se persuade. C'est la sombre qui sort le plus souvent vainqueur de ce combat singulier qui se déroule en vous. Mes mots, mes pauvres mots touchent donc l'une, comme ces mêmes mots glissent sur la peau rugueuse de l'autre. Des mots qui ne sont surtout pas là pour vous toucher mais qui sont simplement là, pour vous dire.
Je vous aime et ce depuis toujours et avant notre rencontre, avant votre enfance même. Et alors ?
Vos mots ont guéri mes nuits noires et mes journées blanches, sans répit, et vous êtes à moi !
Votre silence, votre sévérité nourrissent mon désespoir, chacune de mes pauvres làchetés, source parfois de nos échecs et alors, là justement: je vous perds ou je fuis.
Pour ce qui est du reste, l'avenir l'écrira. Je vous en supplie, ne joignez pas votre encre noire à ce triste spectacle.
Huguette, vous l'avez donc compris: un mot, un seul mot de vous est une onction précieuse, pour un être affaibli par la pluie, le froid, le noir, la charogne, la gangraine qui nous touchent, pauvres hommes, déjà meurtris, déjà morts mais malheureusement, encore vivants.
Comprenez-vous cela ? Y répondrez-vous ? Faut-il que je déserte ?
Oui, j'ai besoin de vous voir pour rendre un sens à nos deux existences.
Je me noie au milieu de tranchées gorgées de boues très sales. Je me noie.
Comprenez-vous cela ?
Vous même chère Huguette, trouvez-vous le sommeil ?

Sf

08/07/2017

Octobre 16

Très cher Sarratu,

(Je reprends là un courrier où je l'avais laissé ce 30 octobre et vous le réadresse.)

Ma colère est presque retombée: c'était hier, j'étais sortie faire une course en bas de l'immeuble chez Monsieur Jardy. Je cherchais un flacon de pétrole pour nos lampes mais il n'en n'avait pas et comme je suis têtue, j'ai couru tout Paris pour trouver ce que je cherchais.
Chemin faisant j'ai croisé un groupe d'enfants dont le plus ancien n'avais pas plus de huit ans. Ils jouaient à la guerre. Oh, ce n'est pas leur jeu qui m'a ramené à vous, non, ce sont ces visages enfantins, obnubilés, nourris par l'instant, qui m'ont interpellée et fait penser à vous.
Oui, car je pense à vous tout le temps.
Oui votre défection m'a fait pleurer et mise très en colère. Mais ces regards m'ont dit, du moins, de ce que j'en ai compris, m'ont dit de revenir à vous.

Peste, j'aime les enfants, que voulez-vous !

Savez vous que ce 30 octobre j'ai eu 19 ans ? Je rêvais de passer cet instant avec vous.
J'ai du mal à vous pardonner mais, ne suis-je pas votre marraine? Alors cher Sarratu ne vous inquiétez pas. Je serai toujours là pour vous, toujours, retenez bien.
Écrivez-moi encore.
Puisse Dieu nous assister.

Huguette



(c) Musée Albert Khan

3 décembre 1916

Et si l'éloignement nous rendait plus lucides ?
Ne meurs pas.

07/07/2017

2 décembre 1916

Très chère Huguette,

Je voudrais vous visiter: quel est le nom de la prison qui vous enferme ?



Autant, in My-Art

04/07/2017

Aspirazioni

O verità, lumen cordis mei, non tenebrae meae loquantur mihi ! Defluxi ad ista et obscuratus sum, sed hinc, etiam hinc adamavi te. Erravi et recordatus sum tui. Audivi vocem tuam post me, ut redirem, et vix audivi propter tumultus impacatorum. Et nunc ecce redeo aestuans et anhelans ad fontem tuum. Nemo meprohibeat: hunc bibam et hunc vivam. Non ego vita mea sim: male vixi ex me, mors mihi fui: in te revivesco. Tu me alloquere, tu mihi sermocinare. Credidi libris tuis, et verba eorum arcana valde.

Ò verità, lumi di lu mè cori, nun lascia sti tenebri mei ad intratenami. Spapersu tra l'esseri di stu mondu, si è oscurata a mè vita. Ma cuì, puru cuì, culà, t'aghju tinuta cara à l'infinitu. Mi sbagliavu e tandu, di tè, mi sogu arricurdatu. Aghju intesu darretu à mè la tò boci chi mi diciva : volta ! Un è cà u rumori di i passioni umani ad avemi impeditu di sentati. Fighjulgu avali la tò santa fonti e à edda mi ni voltu, soffiu e sudu. Và ch'un ci sarà nimu à impedisciami ! Chi l'aghju da bia e n'aghju da campà. Un sogu la vita meia. Di mè vissi mali. Sogu statu eiu la mè morti: in tè rivivu : parlami, ammaestrami. In i santi libri toi, ci aghju cridutu eiu, ed à li sò verbi chi sò arcani maiori.

Santu Austinu, Confessioni, Libru XII, cap 10

Vérité. Lumière de mon coeur. Ne laisse pas ma part obscure me parler. Je me suis dispersé là-bas. Je suis obscure. Mais là, même là je t'ai aimé(e) à la folie. Je me suis perdu et je me suis souvenu de toi. J'ai entendu ta voix derrière moi. Reviens. J'ai mal entendu à cause du vacarme d'une impossible paix. 
Maintenant, regarde, je reviens à ta source. En feu. Le souffle coupé. 
Personne pour m'en empêcher. Je vais la boire. Je vais en vivre. Je ne suis pas ma vie. Je vis le mal de moi. J'ai été ma mort. En toi je revis. Parle-moi. Explique-moi. J'ai cru tes livres. Les violents mystères de leurs paroles. 

Saint Augustin, Livre XII, chapitre 10 (traduction de Frédéric Boyer)



02/07/2017

À C (9)

"O medecin de mon être intime (...) Combien il y a t-il de choses dans la mémoire qui ne sont point entrées par le sens ?"

Saint Augustin, Confessions, Livre X , Ch. 10

(Medicu di lu mè essa prufondu (...) dimmi tù quant'eddi ci ni sarani cosi intruti ind'a mimoria mea e chi nun sò intruti da u sensu ?)

Quinine et bleu de méthylène

Camp de F. dans la Somme, 26 novembre du 1916

Bien chère Huguette,

L'impression me parcourt, il semble que cela fait des mois, des années, que je suis sans nouvelles.
Mais quelle faute, aujourd'hui donc, vengez-vous ?

Peut-être ne lisez-vous même pas cette bouteille à la mer.
J'ai donc tout raté et peut-être êtes vous satisfaite, même, de ma plainte lassive?

Je ne sais que penser. Je trouve la punition sévère, mes mots semblent ne plus suffire. Alors, que voulez-vous? Voulez vous que je déserte ces lignes pour revenir vers vous ? Mais, comment ne pas vous déranger ? Dans votre dernier courrier, vous me disiez votre bonheur d'être à Paris, qu'y ferais-je moi même?
Or vous le voyez bien, mon chapelet à moi est fait de cent mille points de questionnement. Votre miséricorde, à vous, n'est-elle que ce silence ???

Le jeu n'est pas égal et ce n'est pas un jeu.
J'imagine vos traits, la chaleur de vos mains, et je vous sens si proche, là, et à portée de main. Je peux même mesurer la distance.

Je ne sais plus non plus où donc est le courage ?
Tout quitter et venir ? Rester ?
Et le votre de courage, en quoi consiste-t-il ? Vous cacher et vous taire, ou revenir vers moi?
Vous avez mon adresse, le nom du regiment.
Et puis, voyez-vous, nous n'avons qu'une vie, n'est-ce pas un argument, là, pour justement en commencer une autre ?

Il pleut.

Je me dis : chaque goutte de pluie qui rentre dans mon col est un baiser de vous, on dit qu'il va pleuvoir des jours... alors, je suis heureux.

Plus tard, je nous vois au village, dans la maison qui est la mienne. J'entrevois des sourires et des blessures calmées, une douce harmonie et la paix et du sens à nouveau retrouvés.
Une réconciliation, celle, contre les coups injustes et rudes de notre pauvre vie. Nous étions des enfants, rappelez-vous. Et cette guerre là qui ne sait se finir.
Je m'épuise.

J'imagine, j'imagine un voyage.

J'imagine.

Je délire.

L'infirmière me sourit. Je lui demande à boire. Autour de moi, les cris de soldats suppliciés hantent mes oreilles.
Je prends de la quinine, du bleu de méthylène: les fièvres intermittentes (marcatu: batti u tardaveddu)
Parfois la maladie repart, elle me parle de vous, ou bien il arrive parfois, semble-il, au contraire, que c'est vous qui m'entretenez d'elle.
Seriez-vous donc soignante et serais-je assez fou pour mériter vos soins ? Sans doute.

Demain tout ira mieux, et pour vous ?

Je t'aime.

E a prima e a sola, sei sempri stata tù.

30/06/2017

Saturneanu

Lejean :" Voyez-vous sergent si j'étais au Ministère en charge du ravitaillement, plutôt que d'envoyer du vin en masse, aux hommes, j'imprimerais en millions d'exemplaires ce poème de Verlaine. Il ferait, j'en suis sûr, le plus grand bien aux troupes.
Oh, il n'est pas très vieux, il doit avoir trente ou quarante ans. Il a cela de particulier qu'il convient à chacun des rêves de chacun de nos hommes. Je vous le livre tel que.
Je me demande si nous ne sommes pas tous, ici, "des aimés que la Vie exila" ?

Il commence ainsi :

"Mon rêve familier,

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D'une femme inconnue, et que j'aime, et qui m'aime,
Et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m'aime et me comprend.

Car elle me comprend, et mon cœur transparent
Pour elle seule, hélas ! Cesse d'être un problème
Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,
Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.

Est-elle brune, blonde ou rousse ? Je l'ignore.
Son nom ? Je me souviens qu'il est doux et sonore,
Comme ceux des aimés que la Vie exila.

Son regard est pareil au regard des statues,
Et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
L'inflexion des voix chères qui se sont tues."

Mon front blême est brulant. Et, de là où elle est exilée, voyez-vous, ses larmes me parviennent, rares mais riches, elles savent me parler, plus sans doute que l'éclat de sa voix. Et son nom il est blond, il est doux et sonore, légèrement claquant.
Je l'aime depuis toujours, voyez-vous !
Et vous sergent aimez-vous une femme ?
....

29/06/2017

Pienti

Chère Huguette,

Je me perds, je suis perdu.
Il n'y a plus que les coups et les balles pour me faire réagir.
Je suis devenu pantin. Je vis aux ordres d'autres, au milieu de rien. J'ai abdiqué ("rinunziatu", marcatu).
Alors, je me répète. Comme si la répétition d'une tristesse agissait comme sa plus forte consolation ?
Alors je me console, ah oui, je me console, vous dis et redis mon amour d'une fidélité obsédante à l'être que vous êtes, aux faits.
Si vous saviez...
Mais vous savez, n'est-ce pas?

U destinu d'una sporta in falata, eccu oghji ciò chi toccu à mè.

24/06/2017

I suldati

Sò vinuti da partutu,
Da ssi Francii e da l'Orienti,
À caccià for'u numicu,
Di a Pruddi à punenti
Fior' di l'omi ancu ziteddi,
Ghjuvanotti e vicchjateddi.
Tutti suldati valenti,
Pronti à lu cumbattimenti.
E sò frimati culà,
Tralalera e...

Black friday, bloody sunday

Cascavani l'omi, cume falani, d'uttrovi, i casci
S'impiivani d'omi i casci sottu à a falci uttubrina.
E, a vita, cusigna.

Bughjiconi

Hughetta, cara mea,

U mondu torra notti...*

*(Tout devient nuit: je m'invente une rencontre, j'essaye de former des images. Ma volonté cède le pas au pessimisme. Comment vivre sans nouvelles de vous ?)

Tisgimuntò

Ce 11 novembre 1916,

Très chère Huguette,

Depuis une semaine nous connaissons un peu de répit. Le regiment stationne en entier à F.
Notre journée fut (?) consacrée à l'installation, au nettoyage des armes, des effets et matériel, au rangement des munitions. Demain nous reprenons l'instruction spécialisée (à destination des artilleurs, grenadiers, mitrailleurs, sapeurs...)

Je dois vous dire que je suis touché, abbatu, meutri (marcatu) une lettre du village m'apprend le décès, au début de ce mois, de mon cher oncle maternel.
J'aimais tout chez cet homme qui a toujours pris soin de moi. Je revois son grand rire quand, enfant il me faisait manger de la farine de châtaigne crue et puis me chatouillait (marcatu), alors je m'étouffais, car la farine est fine et bouche les poumons. Ce jeu, son jeu, est comme d'autres jeux, celui des hommes corses. Les hommes enseignent aux enfants la méfiance, l'adversité, le dépassement, l'instinct, la bataille, la vie en sorte. Plus tard, pour m'appendre à nager il me pris comme on peut prendre un chat et me jeta au milieu d'un lac. L'instinct de survie fit le reste et c'est ainsi que j'appris à nager. Plus tard, il m'appris les armes, celles de la terre et celles de la poudre, et comment m'en servir. Sa mère, ma grand-mère, m'avait elle enseigné contre qui les porter.

Il était en 70 à Strasbourg, il connut la défaite. Heureusement, nous, enfants, neveux, petit enfants, nous étions devenus sa nouvelle victoire. Je lui dois beaucoup, vraiment, voyez-vous.

(...)


Donne-nous aujourd'hui (2)

Marcatu oghji ind'u mè carnè :
Pourriture (frascicumi), briquet (lima), écorchure (muca), prendre un raccourci (arruchjà), être aux fins fonds (essa à l'orli), pupilles (bucciuli), hérissé d'épines (impiuvicatu di pruni)...

À C (7)

Et aujourd'hui, encore,
Je me souviens du grain
de tes doux cheveux clairs.
M'arricordu sempri oghji,
E di tè, e di seta:
Lu dolci filu finu,
Di li capelli toi.
Je t'aime, rappelle-toi.

22/06/2017

Hooper

Chère Hughette,

Je vous vois confusément, c'est bien vous n'est-ce pas, l'indicible ?

Irma Haselberger
(Cù Paul Filipi e Angelise Flori,
à ringraziaddi)

18 novembre 1916

À Paul Marie Rodolphe, cascatu in Harbonnières (1914) 

Eri capitanu, fieru, sappii a puesia. 
Toccu à 42 anni, da la morti, scurtesia, 
Di 22esimu regimentu d'infantaria.
Sei mortu par nudda o mortu pà a Patria ?


L'ombre des arbres dans la rivière embrumée
Da l'arburi l'ombra, indi a fumaccia di u fiumi 
Meurt comme de la fumée,
Si ni mori cume facci lu fumi,
Tandis qu'en l'air, parmi les ramures réelles,
Mentri ch'in d'aria, mezu à reali ramulelli
Se plaignent les tourterelles.
Si lagnani i columbelli.

Combien, ô voyageur, ce paysage blême
Quantu, andarinu, ssu litturali scralatu 
Te mira blême toi-même
Ti mirarà, ancu tù sbiancatu
Et que tristes pleuraient dans les hautes feuillées,
E ch'affliti piignarani indi st'alti frundati
Tes espérances noyées.*
E li speranzi toi, annigati !

*Verlaine, Romances sans paroles, 1872


F Weston Benson


21/06/2017

M.

"Mon bien aimé..."

(...)
Aghju pigliatu pò stracciatu à lettara d'Hughetta (sic) chi m'era ghjunta sta mani.
Fatica, fatica, pizzica minica...

Amori à mora...

Aspittanza suspesa,
Cù ssu silenziu chi pesa :
Amori, caru amori,
Da cui ti mandu dui fiori:
Di nepita e puleghju,
Unu mali, l'altru peghju !

19/06/2017

Esposizioni, sonnetto 54

"O Morte, secca pianta" diciva sempri à zi Aratrusta.

Vissi: e la prima etate Amore e Speme
Mi facean via piú bella e piú fiorita
Or la speranza manca, anzi la vista
Che di lei si nudria, s'estingue insieme.
Né quel desio che si nasconde e teme
Può dar conforto a la virtú smarrita;
E toccherei di morte a me gradita,
Se non posso d'amor, le mete estreme.

O Morte, o posa in ogni stato 
Secca pianta son io che fronda a' venti
Piú non dispiega e pur m'irrigo in vano.
Deh, vien, Morte soave, a' miei lamenti,
Vieni, o pietosa, e con pietosa mano
Copri questi occhi e queste membra algenti.

Il Tasso

18/06/2017

À sfrascichera

Andava u ciarbeddu ingrunchjatu, da un puntu à un antru, biottu, disarmatu. U souvenir d'Hughetta pianu pianu si sfassava e laccava u sò visareddu satinatu, picchjulatu di tacchi giaddicci chi s'alargavani, da rendalu gummosu e da faddu spariscia in una tacca ancu più maiora, sopratuttu nera pecita.
A mani, à l'appeddu, mi lampedi à Lejean : "Allons sergent, du nerf, que diable ! Vous avez laissé vot'cervelle au bordel ou quoi ?"
L'avivu da saltà in cresta ?
L'aghju laccatu dì, viaghjatu a mè strada... M'è vinutu u gomitu in bocca.

Apocalissi (20,10):
E u diavuli, chi i s'ingannava, fù ghjittatu indi un stagnu di focu e di zofulu duve si tenani a bestia ed u falzu prufeta. Sarani tandu tribbulati ghjornu e notti, par seculi seculorum.

Priculu e curaghju

Certi pruverbii parini ghjusti, parò. Piglietimi à quistu : "Ùn c'è curaghju duve ùn c'è priculu." (à vaincre sans péril... )
Venaria à dì: "priculu fà curaghju e curaghjosi e micca di lingua ma di fatti", o qualcosa cusigna.
Dicu eiu :"Priculu fà priculu, l'omu à mezu: cum'eddu pò."