.

.
Paisani in anda pà a fiera di u Niolu. LC Canniccioni v 1910

24/06/2017

Sarratu fora

Sarratu fora è un numignulu (certi dicivani un "dumignulu", quista l'aghju intesa, sigura). Ind'i tempi agnunu t'aviva u soiu. In paesi, ci n'aghju cuntatu più di 200. Sarratu fora (ma libaru indrentu !) è u nomi di una passioni, quidda d'un paesi, u meiu, u vostru. A passioni pà ssi petri oghji tralasciati. Sarratu fora sarà un locu pà di dì a passioni di i nostri vecchji e di l'amichi spariti, spapersi, incarciarati ind'i ritorti di i sò fatti d'oghji ch'eddi sighini beddi o brutti. Emi à pruvà à fà un bloggu paisanu. Un locu dedicatu à a lingua corsa (d'oghji e d'arimani). A Corsica di tandu un era micca un paradisu.

A Corsica di tandu era. Eiu sogu di stu tempu, basta, e ghjungu da culà.

(Nb: Pà suvità, in cundizioni, u filu, o lettori che tù sei, vai e cerca  prima u bigliettu  (post/postu) di u 2011 e ricoddi insin'à oghji. Fattu ch'eddu è, leghji agna ghjornu chi veni u postu novu. Ti ringraziu e ti salutu cù la zucca e cù l'imbuttu).


Da leghja à dinò, Sarratu fora parti siconda (II) e Sarratu fora parti terza (III).

I suldati

Sò vinuti da partutu,
Da ssi Francii e da l'Orienti,
À caccià for'u numicu,
Di a Pruddi à punenti
Fior' di l'omi ancu ziteddi,
Ghjuvanotti e vicchjateddi.
Tutti suldati valenti,
Pronti à lu cumbattimenti.
E sò frimati culà,
Tralalera e...

Black friday, bloody sunday

Cascavani l'omi, cume falani, d'uttrovi, i casci
S'impiivani d'omi i casci sottu à a falci uttubrina.
E, a vita, cusigna.

Bughjiconi

Hughetta, cara mea,

U mondu torra notti...*

*(Tout devient nuit: je m'invente une rencontre, j'essaye de former des images. Ma volonté cède le pas au pessimisme. Comment vivre sans nouvelles de vous ?)

Tisgimuntò

Ce 11 novembre 1916,

Très chère Huguette,

Depuis une semaine nous connaissons un peu de répit. Le regiment stationne en entier à F.
Notre journée fut (?) consacrée à l'installation, au nettoyage des armes, des effets et matériel, au rangement des munitions. Demain nous reprenons l'instruction spécialisée (à destination des artilleurs, grenadiers, mitrailleurs, sapeurs...)

Je dois vous dire que je suis touché, abbatu, meutri (marcatu) une lettre du village m'apprend le décès, au début de ce mois, de mon cher oncle maternel.
J'aimais tout chez cet homme qui a toujours pris soin de moi. Je revois son grand rire quand, enfant il me faisait manger de la farine de châtaigne crue et puis me chatouillait (marcatu), alors je m'étouffais, car la farine est fine et bouche les poumons. Ce jeu, son jeu, est comme d'autres jeux, celui des hommes corses. Les hommes enseignent aux enfants la méfiance, l'adversité, le dépassement, l'instinct, la bataille, la vie en sorte. Plus tard, pour m'appendre à nager il me pris comme on peut prendre un chat et me jeta au milieu d'un lac. L'instinct de survie fit le reste et c'est ainsi que j'appris à nager. Plus tard, il m'appris les armes, celles de la terre et celles de la poudre, et comment m'en servir. Sa mère, ma grand-mère, m'avait elle enseigné contre qui les porter.

Il était en 70 à Strasbourg, il connut la défaite. Heureusement, nous, enfants, neveux, petit enfants, nous étions devenus sa nouvelle victoire. Je lui dois beaucoup, vraiment, voyez-vous.

(...)


Donne nous aujourd'hui (2)

Marcatu oghji ind'u mè carnè :
Pourriture (frascicumi), briquet (lima), écorchure (muca), prendre un raccourci (arruchjà), être aux fins fonds (essa à l'orli), pupilles (bucciuli), hérissé d'épines (impiuvicatu di pruni)...

À C (7)

Et aujourd'hui, encore,
Je me souviens du grain
de tes doux cheveux clairs.
M'arricordu sempri oghji,
E di tè, e di seta:
Lu dolci filu finu,
Di li capelli toi.
Je t'aime, rappelle-toi.

22/06/2017

Hooper

Chère Hughette,

Je vous vois confusément, c'est bien vous n'est-ce pas, l'indicible ?

Irma Haselberger
(Cù Paul Filipi e Angelise Flori,
à ringraziaddi)

18 novembre 1916

À Paul Marie Rodolphe, cascatu in Harbonnières (1914) 

Eri capitanu, fieru, sappii a puesia. 
Toccu à 42 anni, da la morti, scurtesia, 
Di 22esimu regimentu d'infantaria.
Sei mortu par nudda o mortu pà a Patria ?


L'ombre des arbres dans la rivière embrumée
Da l'arburi l'ombra, indi a fumaccia di u fiumi 
Meurt comme de la fumée,
Si ni mori cume facci lu fumi,
Tandis qu'en l'air, parmi les ramures réelles,
Mentri ch'in d'aria, mezu à reali ramulelli
Se plaignent les tourterelles.
Si lagnani i columbelli.

Combien, ô voyageur, ce paysage blême
Quantu, andarinu, ssu litturali scralatu 
Te mira blême toi-même
Ti mirarà, ancu tù sbiancatu
Et que tristes pleuraient dans les hautes feuillées,
E ch'affliti piignarani indi st'alti frundati
Tes espérances noyées.*
E li speranzi toi, annigati !

*Verlaine, Romances sans paroles, 1872


F Weston Benson


21/06/2017

M.

"Mon bien aimé..."

(...)
Aghju pigliatu pò stracciatu à lettara d'Hughetta (sic) chi m'era ghjunta sta mani.
Fatica, fatica, pizzica minica...

Amori à mora...

Aspittanza suspesa,
Cù ssu silenziu chi pesa :
Amori, caru amori,
Da cui ti mandu dui fiori:
Di nepita e puleghju,
Unu mali, l'altru peghju !

19/06/2017

Esposizioni, sonnetto 54

"O Morte, secca pianta" diciva sempri à zi Aratrusta.

Vissi: e la prima etate Amore e Speme
Mi facean via piú bella e piú fiorita
Or la speranza manca, anzi la vista
Che di lei si nudria, s'estingue insieme.
Né quel desio che si nasconde e teme
Può dar conforto a la virtú smarrita;
E toccherei di morte a me gradita,
Se non posso d'amor, le mete estreme.

O Morte, o posa in ogni stato 
Secca pianta son io che fronda a' venti
Piú non dispiega e pur m'irrigo in vano.
Deh, vien, Morte soave, a' miei lamenti,
Vieni, o pietosa, e con pietosa mano
Copri questi occhi e queste membra algenti.

Il Tasso

18/06/2017

À sfrascichera

Andava u ciarbeddu ingrunchjatu, da un puntu à un antru, biottu, disarmatu. U souvenir d'Hughetta pianu pianu si sfassava e laccava u sò visareddu satinatu, picchjulatu di tacchi giaddicci chi s'alargavani, da rendalu gummosu e da faddu spariscia in una tacca ancu più maiora, sopratuttu nera pecita.
A mani, à l'appeddu, mi lampedi à Lejean : "Allons sergent, du nerf, que diable ! Vous avez laissé vot'cervelle au bordel ou quoi ?"
L'avivu da saltà in cresta ?
L'aghju laccatu dì, viaghjatu a mè strada... M'è vinutu u gomitu in bocca.

Apocalissi (20,10):
E u diavuli, chi i s'ingannava, fù ghjittatu indi un stagnu di focu e di zofulu duve si tenani a bestia ed u falzu prufeta. Sarani tandu tribbulati ghjornu e notti, par seculi seculorum.

Priculu e curaghju

Certi pruverbii parini ghjusti, parò. Piglietimi à quistu : "Ùn c'è curaghju duve ùn c'è priculu." (à vaincre sans péril... )
Venaria à dì: "priculu fà curaghju e curaghjosi e micca di lingua ma di fatti", o qualcosa cusigna.
Dicu eiu :"Priculu fà priculu, l'omu à mezu: cum'eddu pò."

17/06/2017

À la Renommée des Escargots (11)

"Très chère Huguette,

Cette guerre est horrible. Vendredi pour rejoindre mon cantonnement, première étape vers votre gare du Nord, j'ai marché sur des cervelles humaines. J'ai glissė sur des lambeaux, de chairs déchiquetées, parsemés sur ce terrain qui me séparait de vous. J'ai serré dans mes mains une boule de terre contenant des phalanges et au bout d'une phalange, une alliance.
Cette boue infâme collait à mes souliers. Alors au moment du depart, j'ai renoncé. J'avais peur de salir vos tapis. Je craignais également que l'odeur de la mort, que portent mes habits, que je porte sur moi, ne dérange votre logeuse.
L'ivresse des alcools forts dont je me suis abreuvé largement lors de ma permission passée, masque à peine celle de la putrefaction des corps versés sur les pentes boueuses des trous d'obus, à la tête parfois noyée dans l'eau saumâtre.
Alors, pour 12 francs, les bras usés d'Aleth ont essuyé ma sueur. Les loupiotes rosées de l'alcôve ont apaisé mes tourments, un temps. L'haleine chaude du corps de cette pauvre femme a réchauffé, pour un temps, ma pauvre détresse. 
Comme s'il y avait peut-être des femmes saintes faites pour ça et d'autres pour donner la vie ???
Vous, vous êtes trop pure, pardon. 
Je reviendrais plus tard, peut-être...

Sf

L'avivu da mandà una lettara cù sti scritti cuì ? Aiò, aio !!! Un ci la facci. Tandu aghju mandatu ssi dui ligni:
"Chère Huguette, départ différé, sommes consignés avec le régiment. Suis en bonne santé. Mes hommages à Madame votre tante".
Megliu cusì, nò ?!

Sta volta u picchju era russinu, chi vuleti...



14/06/2017

Ughetta

Mi truvava cù dui fronti cun chi scumbatta. Unu duru, quiddu di a guerra di i fruntieri. Quidd'altru ancu più duru, ma altru più dolci, era oramai quiddu di a guerra d'Ughetta.
Dolci pinseru.

Donne-nous aujourd'hui (1)

Paroddi imparati u 29 d'uttrovu 1916 e purtati indi u mè carnè u ghjornu stessu :

Bouffée de vent chaud (vampata), percer (tavunà, trafurà, trapanà, zirzà), gendarme prévôt militaire (sbirru), mutilation (mozzatura, struppiatura), et égratignure (sgranfignatura, gnerfica)...

Pinsedi : Il fallait que le français abreuve mes sillons. Ces mots appris, plus la géométrie, plus ou moins Hughette, suffisaient momentanément à satisfaire mon bonheur quotidien. Le reste n'appartiendra qu'à chacun de mes cauchemars à venir.

Train (1)

Cher Sarratu,

C'est ce matin en rentrant à la maison que j'ai découvert votre courrier m'apprenant que vous êtes en bonne forme.
Savez vous  que je vous ai attendu deux jours durant à la gare, guettant chaque train venu du front du nord, jalouse de certaines étreintes et surtout triste, très triste, de voir tant de visages défaits et inquiète très inquiète de ne pas vous compter parmi eux ? Je vous avais apporté un portrait de moi que Mme D du B a crayonné avant-hier au soir. 
Je m'enerve, je me dis que vous êtes un méchant homme.
Je ne sais si c'est votre courage ou votre lâcheté qui vous ont dicté votre choix de ne pas monter dans ce train, mais le résultat est là.
Je vais maintenant, si vous me le permettez, me reposer et reprendre mes esprits.

Une fois rentrée à la maison, tante n'a rien dit.

Vous me peinez et me déshonorez à la fois. Comment lui expliquer, en effet, que cela fait deux jours que je garde d'hypothétiques trains débarquant des fantômes de guerriers et que justement, le mien de guerrier, a choisi lui notre défaite ?
Je suis abbatue.
Je ne sais plus si je dois dire : "votre Huguette" ?
J'ai l'impression que j'ai tout dėsappris.
Je suis triste, fatiguée.




A Renoir (ditagliu)

Dimanche 12

Mon cher Sarratu,

Un dimanche de plus. Un dimanche de plus sans vous. Je vis dans votre silence comme, j'imagine, vous vivez dans les tourments de la guerre.
Je forme mille projets pour votre prochaine venue à Paris.
Mon regard a changé. Il m'importe désormais de capter le détail de chaque chose que je voudrais vous montrer, voir avec vous.
Tante, hier au soir, m'a gentiment parlé de vous. Peut-être m'a-t-elle aussi parlé de nous ?
Je suis bouleversée, vous me manquez tant, et ces heures qui ne semblent pas passer assez vite. Qu'en sera-t-il dimanche soir à l'heure de votre départ ?
Soyez fort pour deux, je vous en prie.

Votre Hughette

12/06/2017

Metonimia

Paris, ce 9 novembre 1916,

Mon cher Sarratu,

Je pense à vous tout le temps, et c'est ainsi que vous me revenez.
Si vous saviez comme j'envie ce billet qui, même s'il ne contient rien qui compte, sera tenu bientôt entre vos chères mains.
Ce rien là, suffit cependant à me combler, car c'est à vous que je l'adresse.

Ici, l'automne...

(Doppu, mi sogu addurmintatu, a fatica, un aghju pussutu tena...)

10/06/2017

Dilirium

Paris, Chatelet ce 27 9mbre 1916


Cher Sarratu,

Je suis mortifiée. 
Madame D du B m'a confié, hier, un ouvrage qui m'a tout de suite enivrée au point qu'il m'était devenu impossible d'en détourner mes yeux, jusqu'à ce passage que je vous livre :

"Je suis veuve... −  J'étais veuve... − mais oui, j'ai été bien sérieuse jadis, et je ne suis pas née pour devenir squelette !... −  Lui était presque un enfant... Ses délicatesses mystérieuses m'avaient séduite. J'ai oublié tout mon devoir humain pour le suivre. Quelle vie ! La vraie vie est absente. Nous ne sommes pas au monde. Je vais où il va, il le faut. Et souvent il s'emporte contre moi,  moi, la pauvre âme. Le Démon ! −  C'est un Démon, vous savez, ce n'est pas un homme."(1)

Cet extrait m'a glacée, je ne sais qu'en penser. Dites-moi vous, qui savez tant de choses ?
Oh si seulement je pouvais reposer ma tête sur votre épaule. 

Ch'avivu da dì, ni ?

Aghju presu e aghju tandu scrittu, eiu : " Hughette, ne croyez pas les écrivains. Non, la vraie vie est présente, nous sommes bien au monde ! La mort n'existe pas... Les Démons sont seulement là pour faire peur aux enfants ! Moi, "je ris parce que le siècle est noir"(2), mais, "je cherche l'or du temps"(3), celui que vous voudrez bien m'offrir."

Avivu da dì, eiu, ch'erami in infernu ? E chi, vita presenti, più nun ci n'era ?

"Wild is the wind"(4).

(1) A Rimbaut, Prologue abandonné
(2) B Brecht
(3) A Breton
(4) N Simone

09/06/2017

Assurdità

Ce 23 septembre 2016

Bien chère Huguette,

Le soleil immuable, indifférent à tout, s'est couchè il y a peu. Comme si la terrible journée d'aujourd'hui n'avait pour lui aucune importance. Nos âmes, comme nos corps, se retrouvent blessés, torturés, vaincus, et lui qui demeure indifférent.
Lejean, mon capitaine, m'a appris un mot nouveau que je me suis empressé de noter dans mon carnet de francais. Ce mot (je ne sais pas si il existe chez moi), c'est le mot "absurde" qui signifie, si j'ai bien compris, ce quelque chose entre ce que nous vivons là, au quotidien, sans vraiment saisir les choses au-delà du bout de notre simple et propre baïonnette et notre besoin de comprendre pourquoi cela se produit. 

Absurde, tout ce que je vis l'est, sauf peut-être vous et la géométrie.

Vous retrouver comblera enfin mon besoin éperdu de clarté. De sens, enfin. 
Je vous salue donc d'une tranchée "suintante" (déjà noté). Tranchée qui est devenue au fil des mois le refuge de notre impuissance à comprendre, beaucoup (abri contre les bombes, un peu).


08/06/2017

La Samaritaine

Paris, ce 22 septembre 2016,

Hier, notre logeuse Mme D du B a décidé de me sortir, me reprochant sans vraiment de pincettes cet air si profondément triste qui, dit-elle, "ruine mon visage". Nous sommes donc parties vers la rue de Rivoli en passant par la rue des Lavandières, direction la Samaritaine, le grand magasin du quartier, à l'assaut de la bonne humeur !
Inutile de vous dire d'abord mon grand étonnement devant un tel étalage de toute nature et de toute provenance. On aurait dit un magasin de poupées à notre dimension. Tout semblait si facilement accessible et le spectacle était encore plus dans la cohue que dans la profusion même de marchandises. Il y avait des femme seules, des femmes accompagnées de leurs maris, peut être de leurs amants. Elles avaient un point commun: l'avidité de leurs regards, comme si tout, tout d'un coup, devait impérativement leur appartenir.
Combien aurais-je donné de robes ou de jupes, de chapeaux, de redingotes, que sais-je... pour vous voir ne serait-ce qu'un instant à mes côtés.
Non, il semblait là que posséder un morçeau de tissu suffisait à effacer les misères de la guerre. Guerre auxquelles elles ne semblaient confrontées que de très loin.
Tout cela me donna le vertige et je ne me sentis vraiment bien qu'une fois fois sortie de ce bal de dupes. D du B me dit alors : "Vous semblez hors de portée, ma fille." Je n'ai pas vraiment compris cette remarque que j'ai trouvée vraiment sévère.
Sarratu, vous me manquez affreusement, si vous saviez.


06/06/2017

Carte

Paris, mardi 19 septembre 1916

Cher Sarratu,

Votre carte d'hier m'a fait un grand plaisir. Petit à petit tante et moi apprivoisons Paris, sa nervosité, son train passionné.
Je veux que vous sachiez que chaque instant est fait de vous, de votre absence. J'imagine vos jours, j'imagine vos nuits, j'imagine vos peurs, j'imagine vos courages. Il me semble rétrospectivement que mon insouciance enfantine s'est évaporée au moment précis de notre rencontre. 
C'est un destin que j'accepte. 
J'ai lu hier dans le Flambeau que nos troupes gagnaient du terrain. Je me demande quand gagnerons nous la paix ? 
Les parisiens m'apparraissent futiles et quand ils sont sérieux c'est alors qu'ils portent leurs blessures reçues dans cet autre monde, celui où vous êtes, pourtant si loin d'ici. Pauvres jeunes gens. N'y il y a-t-il donc le choix qu'entre le malheur ou l'absence et l'impertinence des embusqués? 
Sarratu, si seulement je pouvais vous manquer. Si seulement j'étais là pour vous bercer. Inlassablement coule la Seine et c'est ainsi que je vous aime.
Écrivez-moi vite, très vite.

Votre Huguette

05/06/2017

Il pleut

17 septembre 1916

Chère Hughette,

Rien autour de nous nous parle de saison, si ce n'est les nuages et la pluie claire. Pas d'herbe, plus d'arbre, pas de fruits, la pluie cependant. Il pleut depuis plus de dix jours et les nuages se mêlent à la fumée des bombes. Je lis chaque soir votre carnet à la lueur de nos lampes bricolées dans des morceaux d'obus, plus l'huile récupérée à la cantine (à l'odeur infâme des boîtes de conserve). Mais elles font de la lumière. 
Du coup, j'ai eu l'idée d'acheter un carnet, moi aussi. J'y reporte tous les mots que j'apprends dans la journée. Le francais est et si riche. Et puis je vous ecri (sic) et cela est magique puisque vous me lisez.
Le bruit riche de votre rire me manque, votre douceur aussi. Oh, mais je m'affaiblis ! 
Chère Hughette, assurez votre tante de toute ma considération. 
Bon séjour parisien. 
À bientôt.
Sf 

Pinseri aeriani

"Dans le ciel les nuages figurent ton image..." G Appolinaire

Ùn erami più umani. Avvoltu à tutti i me pinseri svintulava una fumaccia nera, nera. Ancu assai, lu visu d'Ughetta supranava ssi locchi. Pariva ch'eddu baddessi in aria.
M'eru imburdatu d'edda, di lu sò soffiu, di lu sò fiattu, di lu sò ansciu, di u sò purfumu, di l'anima soia.

U francesu

U ghjornu, erami in permissioni, m'eru compru, anch'eiu un carnè 17cm di lungezza e 10.5cm di largezza. L'avivu sceltu cusigna ch'eddu pudessi tena ini stacca, u purtavu da par tuttu. Stu carnè mi ghjuvava da marcà tutti i paroddi nuveddi chi mi vinivani (in francesu) ch'eru statu presu, ssi pocchi ghjorni, da a frebba "imparina"("a febbra imparina" cusì diciva Zi Aratrusta, par rida a lingua à mezu à i denti di soppra).
À à lettara A, avivu scrittu Aregnée (veni à dì "ragnu").
À à lettara B, avivu scrittu blouser e betise ("ingannà" e "bombò").
À à lettara C, avivu marcatu paroddi detti da l'unu e da l'altru : coquillecochon, croquemitaine célibataire (veni à dì "chjoppula", "porcu", "gattumammonu", "fantinu"). À a lettara C avivu scrittu dinò chagrin (trouvé dans le carnet d'Hughette), "dulori d'amori, crepacori".
À, E, avivu marcatu : Échevelé = inciarmulitu (Lejean m'aviva dettu stà mani : "Sergent, regardez ce nuage violet, on dirait cet enfant à la chevelure échevelée dont parle la légende..." 
Tandu, aghju apartu u carnè à a lettara L, da marcà "légende", ciò è, "fola"...


Fola, foletta diti a vostra chi a meia è detta !

Copia

"Rappelle-toi" era u titulu di a prima puesia di ssu carnè d'Hughette, aviva cupiatu :

Rappelle-toi quand l'aurore craintive,
Ouvre au soleil son palais argenté (sic);
Rappelle-toi lorsque la nuit pensive,
Passe en rêvant sous son voile argenté;
À l'appel du plaisir lorsque ton sein palpite,
Aux doux songes du soir,
Lorsque l'ombre t'invite,
Écoute au fond des bois,
Murmurer une voix, 
Rappelle-toi !

Rappelle-toi lorsque les destinées,
M'auront de toi pour toujours séparé;
Que le chagrin, l'exil et les années,
Auront flétrit le coeur désespéré;
Songe à mon triste amour !
Songe à cet adieu suprême.
L'absence ni le temps,
Ne sont rien quand on aime,
Tant que mon coeur battra, 
Toujours, il te dira:
Rappelle-toi !

Rappelle-toi, quand sous la froide terre,
Mon cœur brisé pour toujours dormira;
Rappelle-toi, quand la fleur solitaire
Sur mon tombeau doucement s'ouvrira.
Je ne te verrai plus ; mais mon âme immortelle
Reviendra prés de toi comme une sœur fidèle.
Écoute, dans la nuit,
Une voix qui gémit :
Rappelle-moi (!)

A de Musset

Par un dettu

Certi, L'aviva intesa, dicivani ch'erami stati mandati "à a scola di a vita", quissa !!! Erami à a scola di a morti, sì !
Passemi...
Pianu, pianu m'eru apertu i porti d'un'antra, a scola: andavu a scola di u francesu. Mi n'avidivu.
Huguette prima di parta m'aviva laccatu u sò carnè di puesii e, ch'eddu sighi ancun'edda o cù mamma, via u stitutori Leandri, ancu i me camerati suldati, ancu i gradati, studiendumi a geumetria... sti dui anni eru andatu dinò à a scola di u francesu.
Sappivu, eiu, avali u francesu da a puesia à l'impruperii, à i paruddacci...
Parò certi volti, ùn capisciva un acca, mì, par un dettu, andeti voi à capiscia ??? (Ha dettu cusì à Marlot, unu di i me suldati)  : "Le cabot-trompion est un pépère qui a du cran... Les macavoués radinaient et ça bardait. Il se tapait le chou sous les marmites..."*

S'impara à mora, s'impara à parlà, s'impara...



Da, L'argot des poilus, F Dechette, Paris Jouve et Cie Éditeurs, 1918


Preludiu da tarra guerriera

Da sta tarra frustera, ti mandu un tristu fiori,
24, preludiu, Opus 28. IV in E minori,
Vi diciarà, o cara, ciò chi dì più nun pò, lu me cori.

Pelinna

"Taccu à taccu sei mortu e sei natu, ô biatu tre volti biatu, in sta ghjurnata. Dì à Persefoni ch'eddu è Baccu stessu ad aveti cappiatu.
Toru, à u latti, hai corsu ;
agneddu, ti sè lampatu à u latti.
Hai u vinu in più, ô biatu,
e, sottu tarra t'aspettani i riti sacri cilibrati da quiddi altri biati."*

*Da, Les lamelles d'or orphiques, Instructions pour le voyage d'outre-tombe des initiés grecs, p 113, G Pugliese Carratelli, Les Belles Lettres, Paris 2003

04/06/2017

Angoscia

Suventi mi viniva a brama di scriva à Hughette e pò rinunziava. Li vulivu scriva :"Sola l'angoscia è cumpagna meia..." : ùn cunviniva micca. Videti.

Dannazioni

Erami in infernu. U gustu soiu è quiddu di a tarra. L'aqua sentiva anch'edda a tarra, u sò culori è tarra. Cuì, musica un ci n'è, soni manc'unu, soli ne menu. S'hani sminticatu u foccu, i sò calduri, fridura, nò !

17/09/2016

Fini di a Parti Prima.
(Où je recopie des lettres restées mortes)

29/08/2016

À ziu

Un era nienti cà un suldatu mortu. I carriavani à massi. Parò, par i soi, a morti sola d'un suldatu solu, d'induva ch'eddu vinissi, sfassava un mondu interu. Un è tantu a morti, cà ssu silenziu chi ci empii di rumori i carbeddi.
L'acqui neri di i bombi chi ci falavani à dossu, parduravani, parduravani.

"Mi portani in tarra e dicini : ún t'aluntani micca!
Ma induva sarà u luntanu, s'eddu un è cui ci ?"
Mâlik Ibn Al-Rayb


21/08/2016

Eucaristia 1916

Ripigliu st'ultimi tempi:

Natu indi i Petri Rossi.
Martirizatu da guerri umani e da ghjuvanuteddu ad oghji.
Innamuratu d'Edda.
E mamma e u paesi chi s'aluntannani...

Natu indi i Petri Rossi. Vindetta in paesi, uni saltu in Sardegna, doppu in Marseglia. Culà mi trovu à Maria-Stedda (mamma m'ha scrittu oghji ch'edda s'aviva da marità "avec un gros couretier maritime". Eru cuntentu par edda, par u babbaciu... (avà à sappè ciò ch'eddu è un "couretier" ? Dumandaraghju à Lejean chi ni sà, mì).
Mubilisazioni generali e 2 anni passati in quiddi sanguicianghi à veda mora l'unu, à parà cuì, à parà culà. A parà da a morti li me suldati, me stessu. Ah, ò... Capu à capu cù a morti, di ghjornu, di notti. Oghji, m'aghju tombu ùn omu*, ùn ni parlemi, và.
La Renommée des Escargots...
Poi Hughette, occhji cunnini, strinti, chjari, cù la sò buccaredda inzzucharita chi pari stata fatta di quiddi chjarasgi di sti dipinti ghjesgiulani, i sò maschetti di mela, u sò purfumu naturali di muscu e di sali mischiatu.
M'eru innamuratu, si pò dì, à a moda d'avali. In paesi erani rari sti cosi cuì. (In paesi, ind'i tempi di suliva, chjamavani st'unioni "u matrimoniu à a grega". È cusì che noi chjamavami i scappaticci innamurati, passati par a esgia. À a communioni cuddavani insemi à l'altari. Bastava chi l'omu tucchessi, tandu, di a sò mani i capeddi di a ghjuvanetta, ch'erani subitu cunsiderati maritati davanti à Diu, chi i parenti sighini cuntenti o micca.
Eru ziteddu, i rivegu : à Lavigna cù Raffaeddu, sì sò avanzati...
Puvaretti, à pinsà chi pocchi ghjorni doppu, i dui famigli, numichi, s'avissani da unisciasi, da tumbaddi, tremindui, cuì in Petra Mali. Avaraghju avutu deci anni, Lavigna sedici, Raffaeddu, vinti. I tinti, tombi à colpi di vanga, di pioli e di maretta !) Passemi.

U più chi mi pisava oghji erani i me cumpagni persi. Corsi paisannoni, Sinegalesi, Arabi, ss'astri, tutti quiddi di a prima vaga. M'eru capitu qualcosa : i povarari, i disgraziati, mandetili tutti in prima ligna, Ùn ci sarà a primurassi cà i mammi povari e babbi disgraziati. Eccù ciò chi erani l'ordini, i veri. Ùn la dicivani micca cusigna, parò accadiva cusigna. Tumbemi, l'umani, massimu quand'eddi sò povari e luntani da li sò casi. E cusì sia.

Sargenti in sta guerra di i fruntieri, mi sintivu scambià. L'ordini i mi piglivava in francesi e li dava in francesu, listessu. L'imparera di a geometria, l'ascoltu di i puesii di l'unu, di l'altru, di Baudelaire, mi cunstruivani.
Arisera, avivu ancu sunniatu in francesu ! Mancu da dì ! Era a prima volta, o povari à noi !...

U paesi, mamma, Ghjiormu, mubilizatu anch'eddu, me suredda... stu mondu anzianu oramai s'aluntanna e passa, passa...

*Mamma, just killed a man, put a gun against his head
Pulled my trigger, now he's dead
Mamma, life had just begun
But now I've gone and thrown it all away
Mamma oooh... Didn't mean to make you cry
If I'm not back again this time tomorrow
Carry on, carry on
As if nothing really matters**

**Queen, Bohemian Rhapsody

19/08/2016

Cunfronta tra culomba e parniccia.

Dedicata di cori à M di M.

Stavami disoccupati à l'ombra di un stangoni.
Fighjulavami passà in celi, or' st'aceddi di farru*.
Mi vensini tandu in capu, fatti, d'un antica struffulettoni :

A parniccia:
Columbuccia, o columbuccia,
Chi nun fà cà dui** ovi !
Ma li fà in altu mari***,
Nantu à l'alberu che tu vogli.

A culomba:
Lacca piegna la me parnicciola
Chi ni facci dicianovi**ovi,
I facci ind'u pedi di mucchju,
Riscà una zampatta di boi !

* Aviò
** (I conti poni ancu essa ghjusti).
***Induv'è ch'edda vò.

17/08/2016

Che la mia ferita sia mortale*

Prima è a peddi ch'edda si taglià, pò ti sfrascica i carri, facci corra u sangui ch'insanguineghja à Tarra. E lu sangui caghjà.
Ssu sangui stessu chi codda da lu prufondu nostru.
A firita si scambia, s'aluntananni li sò labbri. Aghjisci ind'i ciarbeddi, torrani indibuliti. Si straccia u pinsà, e pò rompi ancu i nodi.
E pò pianu, pianinu, u tempu veni di a cunvalescenza.
L'idei si tessani torra, si riimpara à marchjà. Puri longa à strada, u passu porta piaceri, poccu à poccu, a bocca si riapri e pò lenta un surisu. S'accordani l'idei e s'acconcia a sò menti. Guarisci lu feritu e ripiglia a sò strada, ancu puru ch'eddu nun fussi u destinu di prima. S'appacciani li carri a peddi si ricopra.
Ed eccuci micca listessi ma novi ! L'inchjacca cicatrizeghja.
Passa a vita cusigna rimani u rimori, u rimorsu ?

(U ghjornu ch'aghju scrittu quistu, l'ambulanza si purtava à Ussin à u spidali, s'era presu una badda ind'occhju...)

*Infrasata chi si pudiva leghja nantu à stili e culteddi d'innanzu.
S'avissini vindutu fiasculini d'olghju binedettu, marcati da un : "Che la me unzioni sighi vitali", sì.




16/08/2016

Dark lady

Cantonnement à la caserne de Soissons, fui chjamatu da Lejean, u capitanu, aiami da tena i registri di i "notazioni" (è cusi ch'eddi dicini eddi) di i suldati di a me sezzioni. Avivami guasgi finitu quandu mi fessi : "Connaissez vous Beaudelaire, sergent ? Écoutez-moi un peu ça ! (Il faut bien se distraire de la guerre), je lis":

"Je t'adore à l'égal de la voûte nocturne,
Ô vase de tristesse, ô grande taciturne,
Et t'aime d'autant plus, belle que tu me fuis,
Et que tu me parais, ornement de mes nuits,
Plus ironiquement accumuler les lieues
Qui séparent mes bras des immensités bleues.

Je m'avance à l'attaque, et je grimpe aux assauts,
Comme après un cadavre un choeur de vermisseaux,
Et je chéris, ô bête implacable et cruelle !
Jusqu'à cette froideur par où tu m'es plus belle !"

- Lejean :"Rythme, contrastes, obsession, obstination, le poète joue sur toutes les cordes pour signifier l'amour absolu, voyez-vous ? N'y êtes-vous pas sensible, sergent ?"
- Eiu : "Comment dire capitaine, je viens d'un autre monde... nos mots sont plus simples. Oui, belle est la poésie. Pauvre garçon."
- Lejan : "Je crois que je vais utiliser ces vers..."

Hiii i guai di l'amori à a francesa... Un erami tanti in Corsica à raghjunà cusigna. Cuì era un antru mondu, più finu, più dilicatu, parò à l'intazzeri ci battivani... par ciò ch'eddu è di i vargaglioni e di u restu, veni à dì i varmi, avivami u nostru contu, a vi dicu eiu, à vi dicu...


15/08/2016

Santa Maria 1916

Santa Maria chi sciuglieti nodi, prigheti par noi.

À C.(6)

Narkissos :
"Le jour et la nuit ont bien réussi."*
Nous, avons nous échoué ?

("A notti e u ghjornu l'hani fattu, eddi*". Avaremi noi fiascatu?).

*À la minute, Paul Eluard, in Capitale de la douleur, p 45, Nrf, Poésie/Galimard, Paris 1981.

14/08/2016

À C. (5)

M'eru ricutu u portafoglia di Linard e mi priparava à mandaddu à a famiglia chi si ni stava in Lyon. (Parlava sempri di u Parcu di à Tête d'Or (?)).
Infini chi, apartu u portafoglia mi truvedi l'ultima lettara distinata à Marie-Hughette, cori di pantera. C'era scrittu :
"Que mon sang garde à jamais le goût du sang acre de tes lèvres gercées, et désormais melė du mien, qu'ils nourrissent cette terre bien qu'elle nous fut étrangère. Et que du fruit de notre amour tu, mais pourtant bien réel, naissent, des milliers d'étoiles, pour soulager, ne serait-ce qu'un instant, de leurs peines insouciantes, ces jeunes fidèles amants en disgrâce, venus de pays enfermés, aux marches de ce monde et préfigurant eux-même la mort de l'humanitė entière.
Finalement, la mort, semblait le seul plaisir à offrir à ces enfants trop jeunes, trop mal habiles et pourtant si sincères: "Ce n'est rien, tu verras"... Merci, donc aux légataires si généreux."
Sapiva ch'aviva da mora, u tintu: "J'imagine un jardin..."

À C. (4)

"U calamaru, cristali, cunscienza, incu la sò gucciaredda, tenebre, di fatti, afferenti à ciò chi qualcosa ci sia : pò, aluntana u chinchè, tandu.
Fighjularè, un si scrivi micca, di lumi nantu à un campu bughjicosu, santacroci di i steddi, solu, cusì si dici, prima forma datta o ancu compia; l'omu tessa neru soppra à biancu.
Ssu pieghu di nera dantella chi si riteni l'infinitu, ricamatu da middi, agnunu sicondu à lu filu o sicondu à a seguita scunnisciuta di u sò sicretu, intriccia reti luntani duve eddu dormi un lussu da invinturià, strigi, nodu, frundulimu e prisintà.
Cù un poccu di ssu misteru, indispensevuli e chi dimora, dettu, qualchi poccu."

Stephane Mallarmė, Poésies, Quant au livre, p 201, Paris, 1993.

Tanghi-Garu

U passu di Tanghi-Garu

Tarra intazzata :
La marcò l'inguernu cù li sò armi,
Vestituri di spini : u branu.

Monti di mica. Capri neri.
Sottu à i sò unghjuli sonnambuli
A petra matticiosa lucicheghja, cumpiitudina.

Soli sustu, inchjudatu
In tamanta venici di petra.
Ci pensa a muerte*, ci pensa

Octavio Paz,
da a versioni spagnola, Paso de Tanghi-Garu, in Ladera este 1970.

* a morti

E pò straccià

Avivu cumminciatu sta lettara à Huguette cusigna :
"Mon très cher Amour, mon espoir, Soissons ce 14 août 1916."
E pò aghju pigliatu a foglia e l'aghju stracciata. M'è custatu, chi à carta è rara, ma Lejean, u capitanu, ha dettu ancu megu :" Ti ni buscaraghju quantu che tu n'hai bisognu e doppu ha dettu (si campava) : "C'est comme cela en amour, sergent, il faut refaire cent fois sa copie."

13/08/2016

Finetta di Vizzavona

À MM

A fatica c'era.
M'eru guasgi addurmintatu quandi passedi unu di ssi trinicheddi com'à i nostri. Pinsavu à i treni, quiddi chi l'hani fatti e quiddi... mi vensi tandu in menti a storia di Finetta:
C'era un vecchju, paisannoni, calatu in u sò bancu e chi si fumava a sò pipa d'arba tabaccu corsu. Era cuddatu in gara di a Mizana
U fumi, a puzza forti di u fumi, scumudavani una donna, a vera Aiaccina, chi l'era pusatu accantu.
Pianu, pianu, strada facendu, u vecchju s'appincciuleghja.
Tandu d'un colpu lestru e finu, Madama, di stizza, li pigliò a pipa in bocca e a li ghjettò pà u balcò.
Ghjunti in Vizzavona u trenu s'arresta, u tipu si sveghja, cerca a pipa, un la trova (ma, zittu e mutu, un dici nudda).
Riparti u trenu. A donna si pesa, gira i spaddi. À tacca à tacca, nostru vecchju piglia e lampa u ghjaccareddu par u balcunceddu.
Una stonda doppu, a cittadina si ni volta à a sò piazza, cerca u ghjaccaru e dumanda à u vecchju paisanu "Ghi, nun eti vistu u me cani Finetta ?"
Tandu u vecchju "Finetta ? È andata... à circà a pipa, è !!!"
Certi volti, si ni pò ancu rida... puru da cui, da i porti di l'infernu.



À Ughetta

Soissons, le 12 août 1916

Très chère Hughette,

"Pourquoi tenons-nous plus à ce qui ne s'est pas produit qu'à ce qui a été ?"*
Lirez-vous, comme je l'espère, ce mot qui vous est destiné ?
Si la réponse est "oui", inutile d'aller plus loin. Vous mesurez alors la profondeur de l'attachement qui me lie indéfectiblement** à vous (...)
Sf

Vi dicciaraghju chi sta lettara, mandata un l'aghju...

*Angelo Rinaldi, Les jours ne s'en vont pas longtemps***, p177, Grasset, Paris 1993
**(A parodda a m'aviva data à Lejean, viniva à dì in corsu, "cun voscu, di cori, par sempri").
*** u titulu è statu stratu da un' infrasa detta, chi saria :"Les jours ne s'en vont pas longtemps mais ils nous laissent leur poids qui pense". Olivier Larronde, in, Rien voilà l'ordre. Fussi ella pura !

12/08/2016

Trilce

             Tempu    Tempu

Meziornu chi stagna intra tanfati,
Di a casera, a pompa chi s'annoia, stanca
Tempu    tempu    tempu

                     Era     Era
Sbulicani in vanu e cantani ghjaddi,
Bocca di u chjarori d'un ghjornu chi cunghjuga
Era   era    era    era.

              Dumani    Dumani

Riposu, caldu d'essaci sempri.
Pensa u prisenti : tennami par
dumani   dumani  dumani dumani.

               Nomi      Nomi

Comu sarà u nomi di ciò chi ci inzirisci tantu ?
U sò nomi è Alistessacosa chi patisci
nomi    nomi   nomi   nomi.

Cesare Vallejo,

Missu in corsu da a versioni francesa data in Poètes d'aujourd'hui, p67, César Vallejo, A Ferrari, G Vallejo, Seghers Éditeur, Paris, 1967

Lettara sunniata

Paris, le 10 août 1916

Cher Sarratu,

Je vous écris de Paris où ma tante et moi avons décidé, enfin, de nous réfugier chez une petite parente. Une aristocrate très originale.
D du B... est une personne adorable, cultivée et très débrouillarde. Tante dit affectueusement d'elle qu'elle est une contesse aux nus pieds...
Que vous dire si ce n'est que ses journées sont rythmées par la peinture, le chant, la lecture et d'autres petites choses insignifiantes qui, dans sa bouche, deviennent instantanément des histoires extraordinaires ?!
Nous nous sommes entendues: tante donnera chaque mois l'équivalent d'un petit loyer, déduction faite de menus travaux ménagers que je me suis engagée à faire pour nous rendre service à toutes trois (...)
Mon passe-temps favori est de me promener sur les quais près de la maison, où une infinité de commerces proposent une infinité d'oiseaux et autres animaux exotiques (...)
Votre Ouguetta qui pense sans arrêt à vous, mais qui vous laisse bien seul, n'est-ce pas ? Et qui s'est en plus éloignée de vous, mais ne ne vous oublie pourtant pas.
M'autorisez vous à vous dire tout cela ?
Et puis, zut ! Je vous aime.

U passatu...

A paci, a vespa, u calcagnu, i spadderi,
lu mortu, i decilitri, u ciocciu,
i locchi, a rogna, i sarcofaggi, u vetru,
i dunnetti peddi mora,
a scunniscenza, a paghjola, i cunfrateddi,
i gocci, a smintichera,
a putenza, i cuccini, l'arcagnuli, l'accu,
i preti, l'ebenni, u puntu,
a parti, u tipu, u stupori, l'anima...

Duttili, insafranatu, nettu, esternu,
Purtativu, vecchju, tredici, insanguinitu,
Fotografiati, preti, ingonfii,
Cunessi, longhi, frisgiulati, falzi...

Fiammenti, paragunendu,
Vivu, arrabbiendusini,
Minendu, analizendu, sintendu, trimulendu,
Murendu, arribendusi, piazzendussi, piignendu...

E doppu, quisti, cui,
Doppu, da soppra,
Pò dassi, durendu, à l'internu, tantu, talmenti, mai,
Da sottu, luntanu, à u tantu,
Sempri, ciò chi tandu, dumani, quantu,
Quantu !...

L'orribili, u suntuosu, u lentisimu,
L'agustu, l'infruttuosi,
U funesti, l'incrispitu, l'umidi, u fatali,
U tuttu, u purisimu, l'abbughjatu,
L'aspru, u diavulescu, u tattili, u più fondu...

U 27 di sitembri 1937

Cesare Vallejo, Poètes d'aujourd'hui par A Ferrari e G Vallejo, p 139 e 140, Seghers Éditeur, Paris 1967.

11/08/2016

Argieri

Ussin mi parledi, cù lu sò accentu di i soi, di la sò ghjuventù, di li sò amori, di a sò villa d'Argieri (Algeri ?)
Sintivu da cuì i sapori di sali, di mari, di spezii. L'asgi purtati da u soli, da u caldu, da guerri passati, guerri da vena, d'un paesi fieru (com'à induva noi), d'un paesi stancu e sfruttatu, d'un paesi accuppatu comu erani accuppati i nostri fruntieri.
Era statu pigliatu à 14 anni, in paesi, da truppi francesi accuppati à i sò razii da empia i sò regimenti culiniali. Mandatu à fà u minadori. Chi i minadori magiori, eddi, erani stati chjamati à u fronti e ch'eddu ci vuliva ghjenti à rimpiiaziaddi d'accordu o micca !
Prima à Garadane, fughjitu (è cui chi tandu ci erami infattati), doppu chjamatu sous les drapeaux, e purtatu insin'à Besançon, ingaggiatu, à fà u suldatu. Suldatu ch'eddu facciva cun un dispiaceri maiò. Guasgi com'à tutti noi...


E Delacroix, 
L'inamurata d'Ussin?

09/08/2016

Kinaxixi

Ô ciò chi s'è vistu à suldati africani mandati in prima ligna "chaire à canon" ch'eddi i chjamavani. Quantu ch'eddi un fussini micca "cori da campà" com'à  noi altri... Souviens toi, Hampate Ba...

Mi piacciria à  pusà
Nantu à una panca di u Kinaxixi
à sei ori d'una sera calda, calda
e pò stamini...

À u tantu
Qualchisia venarà
À pusami accantu

Virariu tandu i facci neri di la ghjenti
Cuddà pianu pianu
A cuddetta
Diciendu a mancanza ind'u ki-mbundu* imbastarditu di i discursati

Vidariu tandu u passu stancu
Di sti schiavi figlioli di schiavi
Chi cercani, à buscassi cuì, amori, gloria culà
Una briacchina, in agni vinu, più indà

Ne filicità  ne odiu

Pò doppu passatu u calà di u soli
S'accendariani i lumi
Passaraghju eiu
Pinsendu chi la nostra vita è bedda simplici

Ancu troppu simplici
Par quiddu chi è stancu
Di marchjà e di marchjà à dinò

Missu in corsu da à traduzioni Francesa data da
M de Andrade, in La poésie africaine d'expression portugaise, p. 113, PJO poche,  Honfleur 1969

*Lingua da u gruppu Bantù

Dumani

Dumani sant'Amori, doppu dumani Sà Dalenti, festa in paesi (un ci ni sarà custannu, di sicuru), doppu doppu dumani, santa Chjara sarà.
(Santa Chiara, u nomi d'una prighjoni in Bastia.) Passavani i ghjorni, nostra vita cusigna...

08/08/2016

L'amanti

Amori, u più chi ci n'è menu, è quandu l'amanti si tenani luntanu, suttarrati i nostri, mi vinivani ssi versi ch'aviu ghjà intesu, prima, d'un versu tradiziunali :

Ghjunta è l'ora disiata
Par dumandavvi l'amori
Bramareti in quista ghjurnata,
Di pudevvi ben' discori
Bramareti di sapè lu veru
Se vostru cori sarà sinceru

Insemi e sin'à la morti
Isperu semi ligati
Cun amori custanti e forti
Generosu micca ingratu
Nun ci sia forza tarrena
Par alluntanacci appena !


M'arristavani sti versi e pò stu visu, Hughette mi mancheti...


Paolo Ucello, 
Capedda di l'Assunta, Prato, 1434

06/08/2016

Attesa

Avivu da risponda à Huguette, ma t'avivu poccu brama di scriva chjachjari d'amori. A ghjurnata era stata difficiuli cu dui alerti à i gasi. Alerti par nudda, parò... alerti listessu : signali, ordini, maschi, vistuti fatti apposta, attesa, contru signali...

"Chère Hughette,
Croyez que votre gentille lettre d'hier m'a apporté beaucoup de bien. Nous résistons à l'ennemi. Je suis satisfait de vous savoir en bonne condition. Vous m'avez parlé de votre projet d'aller vivre chez une de vos parente à Paris. Je n'ai pas de conseil à donner mais, je crois que cela serait bien pour vous et même votre tante de partir.
Je préfère vous savoir à toutes deux à l'arrière, loin de tout cela. Je viendrais même en permission vous voir. Un de mes amis parisien m'a beaucoup parlé de la ville, des Gobelins, des Champs Elysées... Il me semble de la connaître. 
Il en savait beaucoup ! Il y a même beaucoup de choses à voir là-bas.
Ch'avivu da dì ?
Avivu da tena, anch'eiu, i discorsi di Linard pieni à lacrimi, à passiuneddi e agnuli incerti, à discursini dunneschi. Avivu arriatu, biffatu sti ligni : Ma chère et douce, Hughette, je sais que je vous aimerais pour toujours. Je suis têtu, fidèle et de parole... Je n'oublie rien, ridiculosu !
Parò m'eru ingaggiatu, m'eru. (Ùn dissi mancu nudda di a mè numinazioni à u gradu di sargenti).
Scrivedi inveci : " Salutations à votre tante. A bientôt chère Hughette, prenez soin de vous. Sf"

J'avais envie de lui parler d'amour d'ici, des portes de l'enfer. Andeti voi à capiscia a vita... e sta brama tonta di parlà d'amori da cui, da li porti di l'infernu !





05/08/2016

Impintera

I primi paroddi di a prima carta d'Huguette funi : "J'imagine un jardin. J'imagine des enfants délivrés du fléau de la guerre et leurs parents heureux (...) Vous me manquez tellement. Votre Ouguetta" 

Ah, mi pariva di senta i versi chi m'arristavani di L'Infernu, cantu primu :

Tempu era dal principiu del mattinu,
E il sol cuddava à l'insù cun quelle stelle,
Chi erani cun lui quandu l'amor divinu
Mosse di prima quelle cose belle...

Sargenti miseria

Retour à la caserne, récupère le grade de sergent, "au mérite", (dissi cusì à Lejean) sans rien faire. M'avivani da fà sargenti,  ma cusì prestu e senza mancu passà un esami e direttamenti o ghjenti !!! Pinsavu : "Rincupenza à u suldatu attivu chi in trenta ghjorni di servizu nun ha avutu mancu ghjornu di punizzioni !" Aviva dettu un ghjornu me zia carnali Agnula, cara.
U ghjornu erami stati rinfurzati d'una manata di 250 omi presi ind'u 9 esimu battaglioni di u 17esimu regimentu d'infantaria cu i sò dui aghjutenti, i sò 6 sargenti, 8 capurali , 2 furrieri e 232 suldati di a classa 1916 isciuti di u ricrutamenti di Belfort, Besançon, Vesoul e Lons.
A mezu à sta truppa à quali mi vegu ? À Ussin Ferracuto* (avivami spartutu a fami in Marsiglia tanti anni fà.)
Eiu : "O soldat,  viens là, je te connais, moi !"
Tandu eddu, surisu in faccia : ", sergent. Misère !" Fù cusì ch'eddu mi chjamedi doppu : Sergent misère. Spaissu (spahi) spaisatu.
Emi passatu a siritina insemi. Les souvenirs montaient au front.


*Da veda, u bigliettu Lingua franca, di u 21/06/2014

03/08/2016

Destinu (3)

Diciva u pruverbiu : "Femini in agni locu spulani cennari e incendani focu". L'incendiu era statu di i chjucchi !!! L'anima mea, catuscina, baddava lighjera sopr'à i ligni numichi.
Ughetta m'aviva marcatu di fosfaru. U sò segnu di pussessu, in fronti, u mi purtava.
Omu mattu, stramattu e altru, vali omu leghjittimatu !
Eru toccu anch'eiu o Linà !
U solibughju mi pudiva piglià, avà !


02/08/2016

Destinu (2)

A mani, messa.
Strada faccendu, appuntu à Huguette : "Vous serez mon filieul de guerre, voulez vous ?" 
Pariva ch'edda s'avissi truvatu qualchi missioni divina. Eiu, ùn vuliva scumbatta cun carti e contracarti e pò fassi doppu purtà d'un amori arificiali, d'un amori di carta pustali. Quantu ci n'era accantu a mè, accupati cusì ? Pruvavu à raghjunà.
Detta a messa, m'avivu da laccà à Madama Geoffret, a nipota Hughette.
Nantu à u parta, in piazza à a esgia Ughetta, pigliendumi à bracetta m'ha dettu :
"J'ai tant prié pour vous Sarratu que j'en ai tout oublié. Je ne veux pas vous laisser partir comme ça. J'aimerais tant pouvoir vous écrire. Pourquoi me refuser ce droit ? Je serais votre marraine. Allons, soyez raisonnable."
Eiu : "Ughetta, quel sens aura tout ça ? Nous sommes un jour là, un autre jour ailleurs. Moi aussi j'ai priè. J'ai prié pour le monde, pour cette pauvre terre, pour tous mes amis morts, pour les autres... Vous voulez un jour écrire à un mort ? Je vous laisse à vos rêves."
Hughette :"Alors, ne partez pas !"
Eiu: "Chacun doit suivre son chemin. Le mien, n'est pas celui des Dames..."
Vissi indi l'occhji di Mma Geoffret un rimprovu fermu.
Tandu, Huguette, annarbaticcia : "Je ne suis pas une dame. Je ne suis qu'un être simple qui se tient devant vous et qui veut vous écrire et qui vous écrira. Avec vous, malgré vous, je vous serai fidèle, je ne veux pas vous perdre." 
Pigliati què ! Mi battiva u ghjargazolu. In cori, u rombu di u tonu si era purtatu tuttu ! A barca pigliava l'acqua, pronta à rimbarsciassi in mari ch'eddu fussi altu o bassu. Ch'avivu dì ? Povaru à mè ! Je croyais aux paroles... Paroddi ch'un mi vulivu mancu à senta !
Mi licinziedi da Mma Geoffret, da Hughette. In fini chi, Huguette mi dedi u sò fazzulettu, cù una santa lacrima di i soi... Tantu avali eru statu vintu.

E via pà a caserna, pachittasgiu à dossu. Trè passi par varcà d'una paci firita à a Guerra. Nostra vita
cusigna.

Avessi pigliatu un carnè da marcà ciò chi mi viniva...

Eri tu lu me destinu
Lu me fiori melacutonu
Zuccaru di bombucconi
O rombu di lu me tonu

Lu me succhju carramantinu
Scrivaraghju middi sestini
Par purtà ad alta bocci
Nostru amori clandestinu.

31/07/2016

Rires e risi

"Mais Huguette, pourquoi riez vous toujours quand que je vous parle ?" (U francesu mi viniva in bocca quant'e fussi eiu à Lejan !)
"Antoine, vous permettez que je vous appelle Antoine? Je ris d'abord pour votre accent, je ris pour vos Ouguetta, qui n'arrivent pas à dire Huguette ! Je ris de vos instants d'absence, de vos rêveries, de ces moments où l'on vous perd. Je ris aussi du bonheur que m'apporte cette journée, mais sans vraiment savoir pourquoi..."
"Alors à mon tour de vous demander une faveur. Ne m'appelez plus caporal, ne m'appelez plus Antoine, appelez moi Sarratu, je préfère. C'est comme ça que l'on m'appelle au village, Sarratu fora. Je préfère."
"Seratout" c'est ca ? Qu'est ce que cela veut dire ?"
"Ça veut dire que c'est comme ça que l'on m'appelle : Sarra.tù. Le reste, caporal, Antoine... c'est pour les papiers militaires."
"Ne prenez cet air sombre, s'il vous plait !"
Tandu à Mma Geoffret : "Allons les enfants, arrêtez de vous chamailler, voudrez vous goûter à mon flanc aux fraises des bois ? Un flanc presque sans fraise et sans lait !"
Par contu meiu, eru statu traspurtatu in un antru mondu. In una stonda m'eru accustatu un mondu senza guerra, senz'armi, senza cianga, ne pulvariccia, un mondu senza numichi. Mi pariva d'essa intrutu in Paradisu, eccu,  sì ! Pinsedi (in francesu): "Le bonheur avait donc un visage."
Chi Mma Geoffret ùn si n'avidessi di nudda...

PA Renoir, Musée de l'Orangerie

Edda

' Sò visu s'aviva pigliatu tuttu u spaziu di lu me capu. Ùn vidivu più cà edda, 'sò occhji, la sò buccaredda russina, u purfumu di li sò mani, di li sò muvimenti. C'è bastata una stundaredda di nienti par accenda lu focu e riposu, mancu appena !
L'amori m'era intrutu, cun Edda, incu viulenza, ind'u mè cori, ed eiu, com'à un di sti tristi suldatini di piombu, mi ni stavu rosu da a passioni, mottu ch'un cunnisciva ancora, innangaratu, prontu à lasciammi fà da tuttu e da tutti, vittima innucenti di mè stessu, culpevuli d'Edda.

Oramai, u mondu si ni pudiva spariascia, u mondu. U mondu, sparitu, a meia vita aviva da essa impiuta d'Edda, d'agna cosa d'Edda, di tuttu d'Edda.
Mi cunviniva, e cusì sia !


30/07/2016

Destinu (1)

Appena ch'e a vidi à Hughetta, intruta ind'a sala maiò, capii : in una frazzioni di nudda, s'era scritta a storia da vena, cu li sò gioii e cu li sò guai.

Dicini ch'eddu è u Distinu cusì, (tristu e perfidu, santu distinu ?) e chi tuttu, in celi, era ghjà scrittu.

Eru cummossu, mutu, imputenti, trasferitu in un altru mondu. In capu mi giravani middi steddi e sti paroddi d'una sminticata sirinata :

O più bianca di lu brucciu,
Più chjara cà l'alba in celi,
Ch'edda dura sta sola stonda
La mè fraula rubiconda !
O più dolci di lu meli, 
La mè bianca turturedda,
Cu li tò capeddi biondi
Sei la luci di stu mondu,
Purfumata d'arba cunedda.

Mma Geoffret : "Bonjour, chère enfant, mon Dieu, vous avez l'air si blanche. Il est vrai que les forces nous manquent, l'approvisionnement, vous voyez, Antoine, Huguette, mon mari, ma nièce, la table, la Marne, un caporal valeureux, les enfants, mon enfant, la peinture, les ogives, la cathédrale, l' ennemi..."
Sintivu i paroddi ma frasi pò, alcuni ! Tinivu in manu l'articuli, mancava l'articulazioni.
Fù listessa par a nipota :"Heureuse, béni, cher oncle, respect, guerre, prier, Dieu, bombes, si dure, si 
pur, si injuste..."
Sintedi, infini, da Mma Geoffrey :"Et vous, caporal ?"
Un n'avivu intesu nienti di ciò chi era statu dettu innanzu. Ùn avivu nienti à risponda, nienti à dì, u cori sottisopra...
Mi vensi, tandu, un "" à contratempu. Sintedi a zia e a nipota parta à rida.
Hughetta era bedda e ancu di più di bedda, era surpridenti ! Accantu à edda, l'assalti tudeschi erani ghjocchi zitiddini. U cori battiva à u ritimu di li nostri mitragliosi muderni, u caldu, chi ho.
E pò, mi vensi in menti unipocchi di paroddi ch'eddu m'aviva dettu à Linard, seriu, seriu :"Un jour, Sarratu, tu aimeras une femme comme moi j'ai aimè Marie-Huguette." 
Huguette, Marie-Huguette...


Huguette, (Anonimu)



29/07/2016

Tola e tavuloni

"Allez caporal, allez ! Il faut faire plus vite, vous poserez la nappe puis dresserez les couverts. Non, pas comme cela, les plis doivent disparaître, voilà. Pressons, dans une heure, à peine Huguette sera là !"  
Madama Geoffret aviva tuttu d'un generali, di quiddi generali ghjuccarini sapeti, chi vanni à a guerra stendu si ni darretu à quiddi tavuloni, pronti à cumandà à a suldatini di piombu, da amaistrà, è pò dà da i sò burò, ordini d'attacu o di contr'attachi maestri à omi alancati, infrugnati ind'i sò tranchèes, eddi, in prima ligna par da veru.
In quidda dispusizioni ch'e vi dicu, u piattu saria u forti di Douaumont, un culteddu una sezzioni di i nostri, i furchettini a truppa numica da spiazzà.
Pinseti, par noi altri, ch'edda sia in paesi o à a guerra, apparuchjà una tola, ùn era tantu un arti communu, massimu par ùn omu.
Parò cù Madama Geoffret ci vuliva à sapè induva metta cucchjarini, cucchari e cucchjaroni. "Feti cusì, feti culà". Unu à dritta, unu davanti à u piattu cù lu cucchjaroni mezu à a tola, à l'arrinvercciu, vicinu, ma senza tuccà à a vantera...
Erani affari di donni ed eiu à mezu.
O, se mamma mi vidiva, a risa !
E pò, ghjunsi à Huguette.

(A v'aghju detta ? Huguette era a nipota di Mma Geoffret, ma da a parti di u maritu).

28/07/2016

U ritrattu d'Emile

U 17 di stu mesi partedimi à 5 ori di mani da Angerville à Ligny en Barrois. Culà, u trenu (e, cridetimi puru, micca quiddu fattu par i signori, ma parò, suspiri, affani e crepacori, sì !) Stazziunamentu à Sergy, pò Buzancy (certi nomi, infini...)
U 22 u battaglioni di Pedelnas (u meiu) pigliò a rileva di u 78 esimu certi in Vauxbuins e noi in Soisson. U restu, avà sappareti pò di ciò ch'eddu era fattu.
A villa era stata tocca da a guerra, i bosci a s'avivani pigliata e l'avivami ripigliata doppu, annu, o nanz'à d'annu.
À passà à mè permissioni m'eru truvatu una piccula pinsioni ind'a Madama Geoffret, veduva di guerra, u maritu militariu di carriera, sottutinenti era mortu ind'a Marna. C'eru passatu anch'eiu culà. Madama Geoffret ùn era ne ghjovana ne vecchja. Ùn si pudiva dì. S'arrizzava a mani à  sei ori è mezu, mi facciva a cicculta calda cù u latti, sparisciva ind'a sò camara à leghja, à ondici ori pigliava a sò sporta e mi diciva :"À tout à l'heure caporal" d'una boci, diciaraghju, lighera. Ghjunghjiva un'oretta doppu ancu ciò ch'edda s'aviva possutu riccutu. À meziornu magnavami insemi di u poccu e u micca chi c'era. U doppu meziornu passava. Eiu, à studià a geometria, edda a pigna a catedrali o ciò chi n'arristava. Un ghjornu, mi n'invengu m'ha dettu : "Ce qui compte, voyez vous, c'est de saisir linstant. C'est la lumière qui a toujours fait vivre ces pierres inertes et c'est elle qui masque aujourd'hui leurs pauvres blessures et les fait respirer... Oui, caporal, la lumière est miracle." Ùn capisciva micca tuttu ma, pruvavu.
Versu sei ori sì pigliva a sò tisana, tre versi* nantu à u pianò di a sala à magnà: "mon cher mari jouait si bien, si vous saviez..."  À sett'ori di sera, una supparedda d'acqua senza guasgi ligumi e si compiva a ghjurnata.
Ma u più chi mi piacciva in quidda casa, era una pittura d'un certu Bernard Émile, (ùn mi dumandeti sè ùn nomi era Bernard e a casata Emile o u cuntrariu.), appiccata à l'intrata à dritta.
Avà u ritrattu mi piacciva, à sappè parchigna è un antr'affari ?
Stu ritrattu u chjamava "a Misteriosa". S'assumigliva à Madama Geoffret capu calatu cù li sò capeddi lisci tirati (ma ùn era micca edda). E la sò caparedda par sorta...
Passavani i ghjorni, ma paci, micca !
È pò mi dissi "Caporal, dites moi, depuis quand avez quittè la Corse ?" Tandu, cumincedi à fà u contu in tra mè stessu: erami stati di leva d'aostu 14, più di tre anni d'avali, ahiii !
Tandu eiu : "Depuis toujours Madame !" Ch'avaraghju avutu à risponda cusì ?
A risposta era data e, riposta data e petra lampata, ùn si ripigliani più, si sà.
Piccatu.


*Keeping my eyes on the road, i see you (...) please be there (99 miles from L.A)

U ritrattu di a Misteriosa 
Bernard Émile 


27/07/2016

Avà che nò simi sopra sta tarra...

"Avà che nò semi sopra sta tarra, circhemi a paci cù bona vulintà. Ind'u l'altu celi ci sarà a vita parch'eddu è cuì ci u paesi di i vivi; cuì, sò i ghjorni boni induvi stà eddu u Signori stessu, anni ùn ni perdi. À chi voli cunnoscia a vita e scegli à veda i ghjorni di u bè ch'eddu si teni da lingua di u mali, e chi i sò labbri ùn dichini inganni; ch'eddu s'aluntani da u mali e metti u bè: fendu cusi sarà ùn omu di a bona vulintà. È ch'eddu cerchi a paci e a suviti, parchi chi a paci sarà in tarra à l'omi di bona vulintà."*

Fuss'edda puru, tira e via... e cusi sia !

*Sant'Austinu, Natali di u Signori, discorsu n° 193

25/07/2016

E pò, scriva...

Ha dettu à unu :" Scriva veni à saltà fora di u rangu di l'assassini..."* 
Pinsavu eiu, m'aghju da metta à scriva, nò ?
Vinarà u tempu, vinarà.

*L'ha detta F. Kafka ind'u sò ghjurnali.

23/07/2016

Zia Agata

Mì, mì chi mi rivegu à zia Agata chi cantava, poccu doppu a partenza di u prumissu:

Ch'eddu si secchi lu mari,
Furmà un impetramentu
Ch'eddu ùn si ni parti manc'unu
Ghjovani à lu regimentu... (1)


Persu à l'orlu di sti mondi, comu sarà ch'eddi mi vensini ssi versi ?
Mimoria tramannata... Partenzi...

Ch'eddu si secchi lu mari,
E svapurà tutta la rena,
Ch'un avessimi noi mai più
Ne carta ne mancu penna

Ch'eddu si secchi lu mari,
À cacciassi agni pienti
Staremi com'à a petra:
Ùn rimpienghjiremi nienti ?

Ch'eddu si secchi lu mari,
Varcaraghj'eiu lu passu,
Picchjaraghju à la tò porta,
Parlaraghju bassu, bassu

Ch'eddu si secchi lu mari,
Ma ch'un secchi lu tò cori !
Ch'un è cosa naturali
Di campà or'senza amori
À andà di peghju in mali
E di spingna agni splandori
Ch'un è ancu ghjunta l'ori

Ch'eddu si secchi lu mari,
Stammi tandu à senta o cara,
Volta cuì, ti tengu cara
E ch'eddu si secchi lu mari,
Cacciaremi trà di noi
Agna goccia di feli amari.

(1) Tradiziunali

22/07/2016

À C. (3)

"E cusì navighemi, battuti da cuì e da culà, ciambuttati, da un currenti chi ci porta e ci riporta, sempri e sempri, ind'u passatu."
F Scott Fitzerald, The great Gatsby. Ultima passata di u libru. 
(eiu, listessu, e tù ?)



À C. (2)

À C.

À l'addisperu, aviva portu fora a manu, da pruvà à tena si un'ultimu pugnu d'aria (to snatch only a wisp of air), da purtassi via un'ultimu pezzu di ssi locchi, ch'edda l'aviva laccatu amà cusì forti. Ma u trenu viaghjava troppu à a lestra, ed agna cosa, à li sò occhji, s'imbrugliava, ha sappiutu tandu ch'eddu aviva persu una parti d'eddu stessu, a parti più pura, a parti più bona, par sempri.


(He stretched out his hand desperately as if to snatch only a wisp of air, to save fragment of the spot that she had made lovely for him. But it was all going by too fast now for his blurred eyes and he knew that he had lost that part of it, the freschest and the best, forever.)

Francis Scott Fitzgerald, The great Gatsby, chapter 8

Forever ?